Accueil Société

Après les inondations, le stockage des déchets arrive à saturation

Les déchets laissés par les inondations submergent à leur tour les communes sinistrées. Si le mot d’ordre est d’évacuer le plus rapidement possible, les centres de traitement et de stockage arrivent à saturation.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 5 min

Dix jours après la catastrophe, des tonnes de déchets jonchent encore les abords des habitations sinistrées. Des monticules de carton humide, des meubles, des électroménagers, des restes alimentaires. Des images que l’on n’aurait jamais pensé voir dans notre pays. Dans certaines rues, la vision apocalyptique a laissé place à l’espoir du jour d’après. Un contraste saisissant avec en fond sonore une unique mélodie : le ballet incessant des grues qui ouvrent grand leur mâchoire.

Après les sauvetages, place au nettoyage. Selon les estimations du groupe Comet, en deux jours seulement, les inondations auraient généré trois quarts des déchets ménagers annuels en Wallonie. Un véritable casse-tête pour les communes et les intercommunales de gestion des déchets (Idelux, BEP Namur, Intradel, IBW…) concernées, qui travaillent d’arrache-pied et de concert pour en venir à bout.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Lespagnard Frans, samedi 24 juillet 2021, 14:14

    L’occasion de penser l’évacuation par-là voie d’eau et le chemin de fer ! Avec des ministres écolos, cela devrait aller tout seul ! Ils l’ont toujours proclamé !(7

  • Posté par Termam Alexis, lundi 26 juillet 2021, 22:25

    sauf qu'il faudrait trier !!!!!!

  • Posté par degraeve dewez, samedi 24 juillet 2021, 13:50

    je comprends les efforts des gens, mais dans ce pti pays RIEN n'est prévu, RIEN n'est géré, RIEN n'est pensé. on se demande bien à quoi servent les multiples niveaux de pouvoir : fédéral, région, communauté, province, commune et toutes les autres. tous ces "chefs", mais ils branlent quoi à longueur d'années ??????? à la moindre cata, c'est la panique. on l'a encore vu et lu : c'est au niveau du terrain et SURTOUT à la solidarité du peuple que cela avance, mais dès qu'on monte dans les niveaux, ils FOUTENT RIEN, oh oui, ils se réunissent pour discuter des modalités, c'est pitoyable, mais tellement belchh, à vomir, enfin moi, je vomis cette bureaucratie et cette féodalité qui ne nous a jamais quitté depuis des siècles, quoi qu'on en pense pour moi c'est très simple : il faut des plans pour tout, avec des gestionnaires, des personnes qui PENSENT et AGISSENT, et JAMAIS des connards et connasses placés par les politicards, on voit à quoi cela nous mène, à la cata

  • Posté par Spistphapen Emile, samedi 24 juillet 2021, 12:06

    Bien entendu, il y a les choses indispensables comme chaudière, cuisinière, frigo etc... mais c'est là qu'on se rend compte de tous ces objets inutiles qu'on a accumulés et le pire c'est qu'on les a payés. Achetez, croissance, achetez, croissance ... Vous pensez que cela peut continuer indéfiniment.

  • Posté par Petitjean Marie-rose, samedi 24 juillet 2021, 9:39

    Déchets dus à l'inondation augmentés de ceux amenés par des citoyens "responsables" qui en profitent pour se débarrasser de leurs encombrants.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Plongée dans l’enfer des prostituées trans au quartier Yser

L’ASBL Alias sort une enquête et un court-métrage sur la situation des prostituées trans dans le quartier Yser. Détresse, survie et danger sont les maîtres mots de celles qui, souvent, n’entrevoient pas d’autre choix que de se prostituer.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs