Accueil Société

Inondations à Dinant: «La route n’était plus qu’un fleuve, c’était effrayant»

Dans le quartier de la gare à Dinant et à Bouvignes, les habitants retroussent leurs manches pour tenter d’effacer les traces du chaos provoqué par les flots. Ils redoutent d’autres inondations.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 5 min

Sur la rive droite de la Meuse ce dimanche matin à Dinant, rien ne laisse deviner le déluge qui s’est abattu sur la commune la veille. Le soleil est au rendez-vous. Les promeneurs flânent sur les quais et commencent à s’installer aux terrasses. Seul indice : l’eau de la Meuse, brunâtre et charriant des branchages.

Une fois traversé le pont qui mène à la gare, changement de décor. Tout n’est plus que boue et amoncellements de déchets. Sur les hauteurs, les pluies diluviennes ont rebondi sur des champs et des prairies déjà gorgées d’eau et ont dévalé la route puis la rue de Philippeville, ruisselant dans les caves, soulevant et emportant des voitures, arrachant le bitume et les pavés. Dans pratiquement toutes les maisons, les habitants et leurs proches sont à pied œuvre pour nettoyer, exténués par une nuit bien souvent blanche. Des chaînes humaines se sont constituées à l’intérieur des maisons pour évacuer seau par seau l’eau des caves.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs