Accueil Belgique Politique

Inondations: le CDH demande officiellement une commission d’enquête

Le texte sera déposé ce lundi au greffe du parlement de Wallonie. François Desquesnes, le chef de groupe CDH, demande aux autres partis de rejoindre son initiative.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 4 min

La perspective d’une commission parlementaire d’enquête consacrée aux inondations dévastatrices de ce mois de juillet est dans l’air depuis plusieurs jours déjà. A Namur, il revient au CDH de prendre les devants : le groupe d’opposition, par la voix de son chef François Desquesnes, déposera ce lundi au greffe du parlement une proposition de résolution demandant l’instauration de cette commission. C’est la procédure en vigueur.

Dans le même temps, François Desquesnes fera suivre le texte à ses homologues de la majorité comme de l’opposition : « Je tends la main aux autres groupes en précisant que notre texte peut évidemment être discuté. L’objectif est que la proposition de résolution soit prête pour la séance de rentrée du 1er septembre afin que le parlement en débatte et l’adopte rapidement, et que la commission d’enquête puisse se mettre au travail dans la foulée. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

20 Commentaires

  • Posté par Strobbe Jean, lundi 26 juillet 2021, 21:53

    Bizarrement c est souvent lorsque l ' on est dans l opposition que l on demande un devoir d' enquête.

  • Posté par Pablos Gino, lundi 26 juillet 2021, 20:19

    On est devenu les champions du monde même interplanétaires des commissions d'enquête, "parole parole parole encore des mots" chantait Dalida.

  • Posté par Vary Monique, lundi 26 juillet 2021, 15:27

    Toujours attendre les catastrophes pour agir. Certains ont pris les devants intelligemment, réduisant au mieux les dégâts, mais quand on voit le nombre d'associations, d'intercommunales- de développement, de gestion, de valorisation de l'eau, de propreté publique, etc.. On se demande si ce n'est pas un peu trop lourd pour être efficace. À quelle vitesse ces organismes communiquent- ils ? Aujourd'hui nous sommes dans l'urgence. Une commission parlementaire d'enquête va se perdre dans les méandres des responsabilités. Nous faire perdre du temps et encore de l'argent.

  • Posté par anne diedens, mardi 27 juillet 2021, 23:39

    Ce formidable appareil , lourd et peu efficace à tous points de vue ne sert qu'à distribuer des postes lucratifs aux politiques et à leurs copains Il serait plus que temps de limiter le nombre des intercommunales et de les rendre transparentes . Il en va de même pour le nombre scandaleux de ministres pour chaque département Tous ces organismes coûtent bien trop cher pour un aussi petit pays . De plus cette complexité rend le pays ingouvernable et la gestion des crises impossible

  • Posté par deghelt Rudi, lundi 26 juillet 2021, 13:48

    réponse au CDH : votre maitre à penser est le bourgmestre de Namur. Il dépense l'argent pour des autocollants à appliquer sur les vitrines à Namur pour dire aux Chinois qu'ils sont les bienvenus à Namur. Un téléphérique qui coute la peau des fesses, des travaux à Namur qui ne servent à rien. Pendant ce temps, rien n'est fait pour les habitants de Namur. Voilà la réponse au CDH

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs