Accueil Opinions Éditos

Et si on arrêtait de jouer au toutologue?

A chaque drame qui ébranle le pays, on finit par essayer de trouver les fautifs mais un pays qui a su montrer une si grande solidarité pour ses victimes mérite mieux qu’un procès bâclé.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

A chaque drame qui ébranle le pays, la même temporalité dans les réactions. L’effroi d’abord, devant une catastrophe qui nous ramène à notre impuissance. L’empathie ensuite, pour toutes ces victimes innocentes. Le besoin de comprendre enfin, et par là de trouver les fautifs s’il devait en exister.

L’épisode de crues historiques qui ont endeuillé une partie du pays en ce mois de juillet n’échappe pas à ce rythme. Depuis plus de dix jours, et ça continue, les sinistrés peuvent compter sur un soutien venu de tout le pays. Collectes de biens de première nécessité, temps et bras offerts pour aider au nettoyage, argent versé à la Croix-Rouge, logement prêté à ceux qui ont perdu le leur… : la solidarité affichée pour les victimes est à la mesure de la catastrophe vécue.

Mais le temps file. Le deuil national est derrière nous, et la machine à désigner les coupables s’est donc mise en branle, comme toujours.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

31 Commentaires

  • Posté par Sternotte Jean-Louis, lundi 26 juillet 2021, 23:08

    bonjour, je suis entièrement d'accord avec vous, Monsieur Hubert Vanslembrouck. - depuis l'accès immodéré à ce qu'on appelle "les réseaux sociaux" trop de gens se croient des spécialistes en tout ... et ensuite, bien sûr, puisque c'est écrit, c'est vrai !!! - je suis ingénieur en mécanique des fluides, et je ne donnerais aucun avis sur la gestion du réseau hydraulique de notre pays car je ne dispose pas des données qui permettent de donner un avis et encore moins de prendre les décisions. - j'ai travaillé dans une société où l'atelier fabriquait des "séries" . il y avait parfois des conflits entre les ouvriers et la direction. la clé d'une bonne résolution des conflits a toujours été d'être d'abord persuadé que chacun, à sa place, avait agi le mieux possible compte tenu des informations dont il disposait et ensuite de chercher ensemble des solutions constructives pour l'avenir.

  • Posté par Debersaques Bart, mardi 27 juillet 2021, 12:55

    et de ne rien cacher sous le manteaux?

  • Posté par Dupont Vincienne, lundi 26 juillet 2021, 20:02

    Et si Monsieur Valsembrouck arrêtait de jouer au donneur de leçons. Nul n'est plus mal placé qu'un journaliste pour reprocher à qui que ce soit d'avoir des opinions parfois mal étayées sur des sujets variés. Les fameux "professeurs d'université raffolant des médias" dont il parle n'existent que parce que les médias (donc lui-même) raffolent des professeurs d'université ayant des avis sur tout. Quant au "compassionnalisme" à deux balles et à cette façon de tout ramener à la question des victimes (comme si la gestion des risques naturels se limitait à la compassion envers les victimes) je préfère ne même pas dire ce que j'en pense.

  • Posté par curto calogero, lundi 26 juillet 2021, 22:21

    Monsieur Vandenbrouck, apprécie beaucoup, Madame Delvaux ( du Soir ).

  • Posté par merdelesystème Jean, lundi 26 juillet 2021, 18:08

    Le Soir joue au toutologue depuis le début de la crise du Covid-19. Les journalistes sont des spécialistes de la langue de bois. A méditer

Plus de commentaires

Aussi en Éditos

Le devoir de mémoire concerne aussi l’actualité

Ces histoires datent du siècle dernier, mais elles ne sont pas pour autant périmées, car elles génèrent la haine entre peuples voisins, la guerre, le cercle vicieux de la revanche. Si l’Ukraine a gardé la mémoire de la famine infligée par le stalinisme, les peuples des Grands Lacs refusent également l’amnésie.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs