Accueil Société

«C’était incroyable», «des torrents d’eau en plein centre-ville»...: la presse belge réagit aux inondations du week-end

Ce week-end, de nouvelles inondations ont touché la Belgique, notamment à Dinant et Namur.

Temps de lecture: 2 min

Ce week-end, de nouvelles inondations ont eu lieu à Namur et Dinant principalement. Les images et vidéos des torrents de boue déferlant dans les rues de Dinant et de Namur ont rappelé à certains égards celles du 14 juillet en province de Liège. Heureusement, on ne déplore aucune victime cette fois.

«La situation à Namur est plus grave que la semaine dernière avec plusieurs rues inondées, plusieurs quartiers de la commune sous eau et des conséquences importantes sur plusieurs ménages à reloger», a résumé le bourgmestre Maxime Prévot. «Il y a des infiltrations au CHR et dans des maisons de repos, mais pas de perte humaine ni de blessé à ce stade», avait-il déclaré.

Ce lundi, la presse belge mettait en avant les événements de ces derniers jours. Le titre de presse régionale L’Avenir ouvrait son journal ainsi  : « Une vie après le déluge », avec une photo montrant le passage à niveau de Dinant où s’entassent plusieurs voitures.

Capture d’écran 2021-07-26 083533

Du côté de La Meuse, les inondations occupent également une grande part de la Une du journal. « Des torrents d’eau en plein centre-ville », peut-on lire.

Sudinfo

Le Soir a lui, mis en avant l’urgence de repenser la Wallonie face à ces nombreuses inondations.

Le Soir

Dans les quotidiens flamands également, les inondations qui ont eu lieu ce week-end à Namur et Dinant ont fait les gros titres. « L’aide est venue de partout, c’était incroyable », titre ainsi De Morgen. Du côté de nos confrères du Standaard, « Que se passe-t-il avec notre climat ? »

De Standaard

De Morgen

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Delpierre Bernard, lundi 26 juillet 2021, 12:15

    @Bouko Christian, si l'activité solaire est effectivement la raison majeure du réchauffement (voire du refroidissement comme au début du 18° siècle documenté en France notamment), on ne peut toutefois nier l'influence de le densité humaine (multipliée par 15 depuis cette époque) et de l'activité industrielle polluante (inexistante à l'époque); si je peux comprendre aussi que cela vous énerve que le GIEC se borne aux activité humaines, j'ai du mal à saisir votre appréhension contre le nucléaire (activité la moins nocive en production de CO2) même si la question des déchets ne peut être biffée d'un trait de plume.

  • Posté par Bouko Christian, lundi 26 juillet 2021, 13:00

    ce qui m'énerve quant à la sacro-sainte unique origine anthropique du réchauffement c'est que les prévision d'augmentation des intensités de pluies basées sur l'origine anthropique du réchauffement sont totalement dépassées et les inondations catastrophiques vont se multiplier partout dans le monde .

  • Posté par Bouko Christian, lundi 26 juillet 2021, 12:55

    ce n'est pas moi qui parle du nucléaire c'est un extrait des messages repris sur le site internet que j'ai mentionné et qui explique la vraie raison de la création du GIEC . Si vous avez suivi d'autres des mes interventions vous sauriez que j'ai plusieurs fois insisté sur le danger de la surpopulation dont une des conséquence a été le Covid !

  • Posté par Bouko Christian, lundi 26 juillet 2021, 10:20

    J'ai oublié de mettre les guillemets C'est un extrait du site mentionné plus bas

  • Posté par Bouko Christian, lundi 26 juillet 2021, 10:16

    Le GIEC fut créé en 1988 à la demande du G7 (G20 aujourd’hui) sous la pression de Ronald Reagan et Margaret Thatcher. Dans les années 1970 Thatcher, premier ministre, était en difficulté à cause des mineurs britanniques qui menaient de fortes grèves générant coupures d’électricité. Elle n’avait pas confiance dans les compagnies pétrolières ; sa préférence était l’énergie nucléaire. En 1979, à Genève, se tient la première Conférence mondiale sur le climat. Alors que la crainte dans ces années là était celle d’un refroidissement planétaire, est déclaré que le dioxyde de carbone(CO2) émis par les activités humaines pourrait réchauffer la planète et avoir de graves conséquences. Très opportuniste, Margaret Thatcher s’empare de cette pensée nouvelle pour faire la promotion de l’énergie nucléaire. La France déjà très engagée dans le nucléaire, sous la présidence de François Mitterrand, avec Jacques Delors président de la Commission européenne et représentant la France lors des grands sommets internationaux, appuie cette ligne politique. Et le GIEC (Groupe Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat) va naître en novembre 1988 et tout faire pour prouver la véracité de ce réchauffement climatique anthropique. Le lobby nucléaire y est dès le départ très présent. Il est amusant de constater que le GIEC s’est renommé « Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat » dans les traductions suivantes. L’appellation anglophone IPCC (Intergovernmental Panel on Climate Change) ne contient pas ce mot. Le GIEC est un « Groupe Intergouvernemental » c’est à dire avant tout une structure soumise aux forces politiques.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une