Accueil Belgique Politique

Inondations: la majorité wallonne disposée à se pencher sur ce qui s’est passé

Les trois formations sont unanimes sur un point : il ne faut pas se précipiter sur la voie à suivre en vue d’examiner ce qui s’est passé.

Temps de lecture: 2 min

Les partis de la majorité wallonne (PS, MR et Ecolo) sont disposés à se pencher sur ce qui a fonctionné et dysfonctionné dans la survenue et la gestion des inondations. Ils ne sont par contre pas tous gagnés d’emblée à la forme que prendra ce travail, est-il ressorti lundi d’un coup de sonde auprès de chacun d’eux au sujet de la proposition CDH de mise sur pied d’une commission d’enquête parlementaire.

À lire aussi Inondations: le CDH demande officiellement une commission d’enquête

Ces trois formations sont unanimes sur un point : il importe de ne pas se précipiter sur la voie à suivre en vue d’examiner ce qui s’est passé, à l’heure où la priorité doit aller aux personnes et zones sinistrées.

« Le coeur du sinistre, ce sont des gens qui doivent se loger et se nourrir », a ainsi soutenu le chef du groupe PS André Frédéric, qui prenait part lundi aux actions d’aide aux victimes des inondations, en Région liégeoise.

M. Frédéric estime sain de réfléchir ensuite – « dans quelques semaines, lorsque l’on commencera à panser ces plaies » – à ce qui a dysfonctionné. Sur la forme, le mandataire socialiste estime qu’il faudra mettre en place « un outil adéquat » au parlement wallon, avant la rentrée de celui-ci. Pour lui, il ne s’agira en tout cas ni de se lancer dans une chasse aux sorcières, ni de se prévaloir, en tant que parlementaire, de compétences techniques que l » on n’est pas capable d’avoir.

Le député wallon Ecolo Manu Disabato semble abonder dans ce sens. « Nous voulons toute la transparence et tirer les leçons pour l’avenir. Une commission parlementaire spécifique est donc une bonne idée, à voir selon quelles modalités précises », a-t-il commenté.

À lire aussi Et si on arrêtait de jouer au toutologue?

Le chef du groupe MR, Jean-Paul Wahl partage l’idée que mettre sur pied immédiatement une commission « n’a pas de sens », faute de recul suffisant par rapport aux événements.

Selon lui, il y a une réflexion à avoir sur ce qui s’est passé et notamment sur la gestion des barrages et des services de secours.

« Je crois qu’eu égard à l’importance de l’événement, il faudra une commission d’enquête », a-t-il ajouté, estimant qu’il faudra examiner cela vers la mi-août.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Cornélis Michel, mardi 27 juillet 2021, 8:39

    « Le coeur du sinistre, ce sont des gens qui doivent se loger et se nourrir » Belles paroles, maintenant il faut des actes et ne pas tout laisser aux bénévoles.

  • Posté par Otte Gérard, lundi 26 juillet 2021, 22:07

    Penchez-y vous, mais pas au point de vous endormir. Et surtout, pas de précipitations, il y en a eu assez!

Aussi en Politique

120 élues se mobilisent pour un #Metoo politique belge

Des femmes élues de tous partis, collaboratrices, attachées parlementaires et militantes gravitant autour et dans les milieux politiques, appellent le monde politique à prendre ses responsabilités face aux violences sexistes, sexuelles et psychologiques exercées par des mandataires publics ou apparentés.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une