Accueil Culture Livres

Henri Vernes, créateur de Bob Morane, est décédé

Il était âgé de 102 ans.

Temps de lecture: 3 min

Le romancier belge Henri Vernes, créateur du héros aventurier Bob Morane, est décédé dimanche à l’âge de 102 ans, ont annoncé lundi les Éditions du Lombard.

Henri Vernes est né Charles-Henri Dewisme le 16 octobre 1918 à Ath (Hainaut, Belgique). Il vivra très jeune la séparation de ses parents et ira vivre chez ses grands-parents. Il entame sa scolarité à Tournai. A l’âge de 16 ans, il quitte le collège Notre-Dame, tente un début de vie professionnelle dans la boucherie paternelle mais ne poursuit pas et reprend le chemin du collège, cette fois à Enghien.

Muni de faux papiers, il décide en 1937 de partir pour la Chine. Au départ de Marseille, il passera par Port-Saïd, Djibouti, Colombo, Singapour et Saïgon, puis Hong-Kong et Canton. Il se rendra encore à Shanghaï d’où il reprendra la route de la Belgique. Il en gardera le goût de l’aventure.

Il épouse en 1940 Gilberte, la fille d’un diamantaire anversois qui l’initiera à cette profession. Le couple se sépare en 1941.

Dewisme s’engage dans la Résistance pendant la Seconde guerre mondiale il recueille et transmet des informations à Londres et se met à fréquenter le milieu littéraire. Son premier livre « La Porte ouverte » paraît en 1944. Après la guerre, il choisit de se lancer dans une carrière de journaliste et travaille à Paris. Parallèlement à cela, il continue à écrire des romans et des contes. En 1949, paraît son roman « La Belle Nuit pour un Homme mort ». Il revient vivre en Belgique.

1953, naissance de Bob Morane

En 1953, il crée le personnage de l’aventurier Bob Morane, dont il contera les péripéties dans près de 200 romans. Le premier numéro des aventures de Bob Morane s’intitule « La Vallée Infernale » et est publié sous le nom d’Henri Vernes dans une collection de romans destinée aux jeunes, Marabout Junior. Le livre fait un tabac et Henri Vernes écrit rapidement une suite, « La Galère Engloutie ».

Vingt-neuf volumes des aventures de Bob Morane et de son ami Bill Balantine paraîtront ainsi jusqu’en 1958.

Le succès est immense et les aventures de Bob Morane feront l’objet d’adaptations télévisée, en bandes dessinées, en dessins animés et en jeux vidéos.

Ainsi, en 1959, une adaptation des romans en BD commence avec « L’Oiseau de Feu ». Là aussi, l’engouement est au rendez-vous. Un court-métrage est produit en 1960, « L’Espion aux cent visages » et en 1964, c’est une série télévisée de 26 épisodes qui voit le jour.

Les romans connaissent un nouveau souffle dès 1959 avec le début du cycle de l’Ombre Jaune qui comptera 11 tomes jusqu’en 1965.

« Commando Épouvante », le 100e numéro de Bob Morane, est publié en 1970.

Les années 70 sont compliquées pour la société Marabout et Bob Morane paraît dès 1978 à la Librairie des Champs Elysées, puis de 1980 à 1983 à la Bibliothèque Verte. C’est à cette époque aussi que le groupe français Indochine sort son hit « L’aventurier », dont le héros est Bob Morane.

Après 30 ans de succès et 155 volumes, Henri Vernes accorde une pause à son héros et va se consacrer à un nouveau projet « DON », une série érotique, en totale opposition au personnage de Bob Morane, écrite sous le pseudonyme de Jacques Colombo. Vernes adapte également, pendant cette période, Bob Morane pour la bande dessinée.

En 1988, un nouveau roman du célèbre aventurier paraît, « L’Arbre de la Vie ». Pour ses 40 ans, en 1993, Bob Morane compte 164 volumes relatant ses aventures.

Henri Vernes est fait, en 1999, Officier dans l’Ordre des Arts et des Lettres par la ministre française de la Culture, Catherine Trautmann. En 2003, il publie la 186e aventure de son héros, « Les Esprits du Vent et de la Peste ».

À ce jour, les aventures de Bob Morane ont largement dépassé le cap des 200 romans et ont été traduites en une dizaine de langues. En 2012, Henri Vernes délaisse quelque peu son personnage favori pour publier ses « Mémoires ».

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

12 Commentaires

  • Posté par Rillaerts Stéphane, mardi 27 juillet 2021, 12:26

    On verra si la postérité lui rendra un peu justice. Des millions d'adolescents ont appris à lire (au sens de pouvoir s'enfiler 100 pages le même jour) dans Bob Morane (c'est mon cas mais aussi le cas de mon fils, même si c'est évidemment moins vrai pour cette génération). Et si Dumas, Simenon et Agatha Christie sont de la littérature, alors pourquoi pas Vernes ? Quand la série a commencé en 1953, elle était une parmi d'autres (Doc Savage, Dylan Starck, Nick Jordan, Jo Gaillard...) qui ont disparu au bout de 15 à 20 romans. Vernes avait une manière fulgurante de planter une intrigue, et d'identifier le lecteur à son héros "moral" et courageux mais plutôt solitaire et pas toujours très sympathique, qui correspondait bien à une mentalité adolescente. Evidemment, comme pour tous les écrivains "au kilomètre", il y a beaucoup de déchet: des navets sans originalité (L'homme aux dents d'or, Alias MDO, L'orchidée noire, La terreur verte,...) et de nombreux romans stéréotypés basés sur une seule idée originale (dont certaines malgré tout ont été reprises avec succès, par Spielberg notamment avec Les géants de la Taiga). Mais il y a 20 à 30 romans qui méritent de figurer au rang des Asimov, Van Vogt ou Thomas Owen avec les grands auteurs fantastiques et de science fiction (Les chasseurs de dinosaures, La cité et les jardins de l'OJ, le cratère des immortels, Krouic, Commando épouvante, Les tours de cristal, Les Ananké -surtout Les murailles et Les anges-). M. Vernes, vous valiez plus que vous ne croyiez, et vos livres ont eu une importance dans la vie de nombreux lecteurs...

  • Posté par arens philippe, lundi 26 juillet 2021, 20:38

    rencontré à la foire du livre de Bruxelles en 1991 seul et un peut triste sur son stand j'ai passé une heure à deviser avec, il m'a dédicacé un de ses Bob Morane et quand il a vu que je choisissais "la couronne de Golconde" il a compris qu'il avait affaire à un fan RIP monsieur...

  • Posté par Debrabander Jean, lundi 26 juillet 2021, 20:30

    Quels souvenirs ! Quelle fierté et quelle joie quand, gamin, je descendais la rue avec mes 20 francs pour aller à la librairie acheter le dernier Bob Morane : La Vallée infernale, Sur la piste de Fawcet, Le Sultan de Jarawak, etc. etc. Manifestement, au vu des commentaires, je n'étais pas seul. Indochine avait ravivé ces souvenirs d'enfance. Merci à M. Henri Vernes d'avoir créé cette culture belge.

  • Posté par Debrabander Jean, lundi 26 juillet 2021, 20:26

    Quels souvenirs ! Quelle fierté et quelle joie quand je descendais la rue avec mes 20 francs pour aller à la librairie acheter le dernier Bob Morane : La Vallée infernale, Sur la piste de Fawcet, Le Sultan de Jarawak, etc. etc. Indochine avait ravivé ces souvenirs d'enfance. Merci à M. Henri Vernes.

  • Posté par Lekeu Claudine, lundi 26 juillet 2021, 19:47

    Que de bons et beaux souvenirs avec Bob Morane. Je garde précieusement les livres de ses aventures que je possède, je ne m'en séparerai jamais. Pour les autres, je courais à la bibliothèque deux fois par semaine pour les emprunter. Merci Henri Vernes pour ces heures de bonheur à vous lire.

Plus de commentaires

Aussi en Livres

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une