Accueil Monde Afrique

Kaïs Saïed, un président seul mais populaire

Le président tunisien a démis le Premier ministre de ses fonctions. Elu en 2019, ce conservateur n’a jamais caché son mépris pour les partis politiques.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 2 min

C’est tout un paradoxe : le même président accusé d’avoir fomenté un coup d’Etat en Tunisie est un constitutionnaliste très attaché au droit. Kaïs Saïed, actuel président de la République, a enseigné le droit durant des années dans les universités de Sousse et de Tunis. Aujourd’hui, il invoque l’article 80 de la Constitution tunisienne qui lui permettrait, selon son interprétation, de reprendre les pouvoirs exécutifs et de geler les travaux du Parlement. « C’est en fait assez cohérent dans la trajectoire de Kaïs Saïed. Il a d’entrée développé une conception particulière de ce qu’il attend d’une constitution démocratique », explique Vincent Geisser, chercheur au CRNS et à l’Iremam, spécialiste de la Tunisie. « Il a toujours critiqué le système parlementaire et n’a jamais caché son mépris profond pour les partis politiques. »

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Afrique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs