Les Colonies de Bienfaisance situées en Belgique et aux Pays-Bas reconnues au Patrimoine mondial

Le Comité du patrimoine mondial a inscrit lundi sept nouveaux sites sur la Liste du patrimoine mondial de l’Unesco.

Quatre d’entre eux ont été inscrits « en raison de leurs attributs naturels » : Île Amami-Oshima, île Tokunoshima, partie nord de l’île d’Okinawa et île d’Iriomote (Japon), Getbol, étendues cotidales coréennes (République de Corée), le Complexe des forêts de Kaeng Krachan (Thaïlande) et les Forêts pluviales et zones humides de Colchide (Géorgie).

Trois autres ont été ajoutés à la liste pour leur valeur culturelle : le Tell d’Arslantepe (Turquie), l’Extension de la Ligne de défense d’Amsterdam, désormais dénommée Lignes d’eau de défense hollandaises (Pays-Bas) et un site transnational, les Colonies de bienfaisance (Belgique / Pays-Bas).

Les Colonies de Bienfaisance sont sept colonies agricoles où des pauvres, vagabonds et orphelins du XIXe siècle vivaient et travaillaient. Après l’indépendance de la Belgique, les colonies de Merksplas et Wortel ont été utilisées pour accueillir des vagabonds. Des personnes y ont vécu jusqu’en 1993, date de l’abolition du délit de vagabondage.

Samedi, la Ville de Spa a également été officiellement inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco des « Grandes villes d’eaux d’Europe ».

Dimanche, quatre nouveaux sites culturels avaient été inscrits au Patrimoine mondial de l’UNESCO, en Chine, en Inde, en Iran et en Espagne.

La 44e session en cours du Comité du patrimoine mondial se tient en ligne depuis Fuzhou (Chine) et l’inscription des sites devrait se poursuivre jusqu’au 28 juillet.

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous