Amazon «intéressé» par les cryptomonnaies

FILES-WORLD-ECONOMY-MARKETS-CURRENCY-BITCOIN

Ce n’est donc pas demain – mais peut-être après-demain – que vous pourrez payer vos achats chez Amazon avec des cryptomonnaies. Le géant américain du commerce en ligne a démenti ce lundi une information de presse annonçant que la plateforme accepterait les paiements en bitcoins d’ici la fin de l’année. Amazon s’est néanmoins dit intéressée par les cryptomonnaies.

Le site City AM avait publié, dans la nuit de dimanche à lundi, un article annonçant la prochaine acceptation des paiements en bitcoins, mais aussi la création d’une cryptomonnaie propre à Amazon en 2022, citant une source proche du dossier. Sollicitée par l’Agence France-Presse, une porte-parole d’Amazon a assuré que l’information était « inventée ». Pour autant, elle a confirmé « l’intérêt (du groupe) pour ce secteur ». « Nous restons concentrés sur l’exploration de ce à quoi cela pourrait ressembler pour les clients qui font leurs achats sur Amazon ».

Le monde des cryptomonnaies s’était déjà emballé après la publication récente, par Amazon, d’une offre d’emploi pour un poste de responsable monnaies électroniques et blockchain, la technologie sur laquelle sont basées ces devises. Le possible intérêt d’Amazon pour les monnaies électroniques s’ajoute à plusieurs déclarations de dirigeants de la tech intervenues la semaine dernière. Dans le cadre d’une conférence en ligne, les patrons d’Ark Invest, Cathie Wood, de Tesla, Elon Musk, et de Twitter, Jack Dorsey, ont réaffirmé leur intérêt pour les cryptomonnaies.

Encore et toujours Musk

L’intervention de M. Musk était particulièrement attendue : l’excentrique milliardaire a souvent vanté les mérites des cryptomonnaies, mais s’était inquiété de l’impact du bitcoin sur l’environnement. Il avait, pour cette raison, décidé en mai que Tesla ne l’accepterait plus comme moyen de paiement. Mercredi dernier, il a annoncé que son groupe allait « très probablement » recommencer à le faire. Ses inquiétudes se sont, a-t-il dit, amoindries par le durcissement des législations chinoises contre les « mineurs » de bitcoin. Ces entreprises essentielles au fonctionnement du réseau décentralisé bitcoin mais gourmandes en électricité vont se relocaliser dans des régions où l’énergie provient de sources moins polluantes, estime le milliardaire.

Dans ces conditions, après un beau plongeon de début mai à mi-juillet, le bitcoin était passé brièvement au-dessus des 40.000 dollars lundi en cours de séance, avant de perdre un peu de son élan. Il atteignait 38.034 dollars lundi soir, en hausse de près de 30 % sur une semaine. Mais le démenti d’Amazon a refroidi les ardeurs des investisseurs et le cours repiquait du nez un peu au-dessus de 37.000 dollars de fin de matinée mardi. Si le bitcoin reste en hausse vertigineuse de 290 % sur un an, il a reculé de près de 45 % depuis son sommet atteint mi-avril à près de 65.000 dollars.

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous