Accueil Culture

Stephan Micus: une musique de chambre mystérieuse et rafraîchissante

Winter’s End

Article réservé aux abonnés
Responsable des "Livres du Soir" Temps de lecture: 1 min

Stephan Micus utilise des instruments ethniques de nombreux pays du monde, mais n’en fait pas du tout une musique traditionnelle. Il combine les sonorités, adjoint un suling balinais et des kalimbas africaines, un chikulo mozambicain et un nohkan japonais et l’alchimie produit une musique originale, neuve. Une musique de chambre mystérieuse et rafraîchissante, légère et obscure. Un soupçon de baroque ici, une percussion un peu jazzée là, du Micus partout. On ferme les yeux et on rêve, et c’est beau.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs