«Si je meurs, qui en assumera la responsabilité?»: le coup de gueule de Medvedev

Reuters
Reuters

Paula Badosa n’est pas la seule à avoir souffert de la chaleur accablante sur les courts de tennis aux Jeux olympiques. Daniil Medvedev s’est lui aussi plaint des conditions difficiles auxquels sont exposés les joueurs.

« Je peux finir le match, mais je peux mourir », a répondu le Russe à l’arbitre qui venait prendre de ses nouvelles lors de son 8es face à Fabio Fognini. « Si je meurs, qui en assumera la responsabilité ? »

C’est après plus de deux heures d’effort que Medvedev, au bord de l’évanouissement, est venu à bout de son adversaire pour rejoindre les quarts de finale.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous