Accueil La Une Économie

Daniel Van Wylick: «Sans éditeurs forts, pas de liberté de la presse»

A l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, les éditeurs francophones belges rappellent le poids de la presse quotidienne en matière d’information.

Article réservé aux abonnés

Invalid Scald ID.

Journaliste au service Economie Temps de lecture: 4 min

A l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, les éditeurs francophones de presse quotidienne ont organisé à Namur ce lundi soir un événement réunissant éditorialistes, représentants politiques et étudiants en journalisme afin d’échanger leurs avis sur l’avenir du secteur de la presse écrite. L’occasion de se pencher avec Daniel Van Wylick, président de Lapresse.be – le nouveau nom de l’association des éditeurs francophones – et directeur général éditorial du groupe Rossel (Le Soir, Sudpresse…) sur ce que pèse ce secteur et les défis qu’il doit relever.

Pourquoi les éditeurs ont-ils décidé de marquer le coup cette année ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Économie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs