Une sinistrée s’en prend à Elio di Rupo : «Je n’ai plus rien...»

10935380-043

A Pepinster, de nombreux citoyens ont dû quitter leur maison, envahie par les eaux. Une vingtaine d’entre elles se sont effondrées sous la force des flots, d’autres représentant un danger devront probablement être abattues.

«Pour Pepinster, même s’il faut être extrêmement prudent avec les chiffres, on avance le nombre de 2.000 personnes qui devront être relogées», expliquait le chef de corps, personnellement touché par ces inondations puisque ses parents, habitant Pepinster, ont, eux aussi été sinistrés et ont dû quitter leur maison.

Ce mercredi le ministre-président wallon s’est rendu sur place pour la première fois. Il y a fait le point sur les travaux nécessaires, en compagnie du bourgmestre de la commune. Lors de son passage, une sinistrée s’est exprimé, passablement énervée rapporte Het Laatste Nieuws. « Je n’ai plus de mère, je n’ai plus de maison, je n’ai plus rien. Jusqu’à présent, j’ai très bien contrôlé ma colère, mais ma mère est partie et personne ne va la ramener. Elle vivait là », a-t-elle dit en s’énervant.

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous