Accueil Société

20 consultations psychologiques pourront être remboursées dès septembre

Le budget fédéral va sensiblement augmenter, pour passer à 152 millions d’euros, soit presque quatre fois plus que l’enveloppe prévue pour 2020 par l’ancienne ministre Maggie De Block (Open VLD).

Temps de lecture: 1 min

A partir du 1er septembre, chacun pourra bénéficier d’un remboursement à hauteur de 11 euros par consultation psychologique, et ce jusqu’à 20 consultations par an. Un accord en ce sens a été dégagé entre l’Inami, le SPF Santé publique et le secteur, rapportent jeudi les titres de DPG Media et Mediahuis. « Nous nous dirigeons vers une aide psychologique accessible et abordable pour tous ceux qui en ont besoin », affirme le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke (Vooruit).

L’objectif de l’accord est aussi d’aider les patients le plus vite possible, à savoir de prévoir une première consultation dans la semaine suivant une demande et au plus tard un mois après.

Le nouvel accord, qui fait partie de la révision du protocole « soins de santé mentale », reprend aussi d’autres réformes. Le remboursement pour les psychologues cliniciens et les orthopédagogues est porté à 75 euros par session individuelle et 326 ou 400 euros pour session de groupe.

Le budget fédéral va sensiblement augmenter, pour passer à 152 millions d’euros, soit presque quatre fois plus que l’enveloppe prévue pour 2020 par l’ancienne ministre Maggie De Block (Open VLD).

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par curto calogero, vendredi 30 juillet 2021, 16:51

    Monsieur, Vandenbrouck, il faut dire aux vacciner de respecter, les gestes barrière, ils croient que le vaccin les protège de la contamination, d'après une étude Américaine, les vacciner transmettent aussi, le variant Delta, ont tourne en rond.

Aussi en Société

Vrai ou faux: les chiffres de Sciensano sont-ils pollués par des patients qui ne sont pas malades du covid?

Plutôt vrai. Si les admissions à l’hôpital ne recensent que des patients qui souffrent du covid, le nombre total de lits occupés dans les unités covid des hôpitaux belges inclut une partie de malades positifs au virus, mais admis pour une autre raison. Un phénomène que Sciensano ne peut pas chiffrer, mais qui n’est pas anecdotique vu la forte circulation d’omicron en ce moment.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko