Accueil Monde Afrique

«Cobalt Blues»: un réquisitoire implacable sur la mise à sac du Congo

L’ouvrage d’Eric Bruyland, fils d’un colon ayant fondé une entreprise à Kolwezi, se lit comme un roman. L’auteur sait de quoi il parle lorsqu’il évoque l’histoire du Congo d’après l’indépendance. Il fut un interlocuteur des milieux d’affaires belges et des ministres successifs qui eurent à gérer les relations avec l’ancienne colonie

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 6 min

Cobalt Blues » donne le tournis. Trop de chiffres, de dates, de noms, de citations. Trop de pages bien tassées, de considérations implacables. Malgré cela, l’ouvrage d’Eric Bruyland se lit comme un roman. Car l’auteur, rédacteur en chef à l’hebdomadaire Trends et fils d’un colon ayant fondé une entreprise à Kolwezi, sait de quoi il parle lorsqu’il évoque l’histoire du Congo d’après l’indépendance : il y était. Dans les coulisses de l’histoire, près des gisements du Katanga, proche de ces colons durement secoués par les événements des années 60, proche aussi des Congolais avec lesquels il avait grandi. Il fut aussi un interlocuteur des milieux d’affaires belges et des ministres successifs qui, à la tête de la Coopération ou des Affaires étrangères, eurent à gérer les relations avec l’ancienne colonie. Et enfin, last but not least, il semble avoir disposé d’une source critique mais inépuisable, les confidences de Robert Crem, ancien PDG de la Gecamines, qui s’opposa autant à Mobutu qu’aux décideurs belges.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

14 Commentaires

  • Posté par collin liliane, dimanche 1 août 2021, 10:44

    @Malé Bertrand Un peu de lecture? "Négrologie : pourquoi l'Afrique meurt". Résumé en ligne.

  • Posté par collin liliane, dimanche 1 août 2021, 14:17

    Ce qui prouve que vous n'avez rien compris puisque le racisme m'est totalement étranger. Je me fous de la "race" des gens comme de mon premier Pampers. Mais bon ... on sait que le racisme restera l'éternelle et minable excuse de tous ceux qui refusent de se remettre en question, préférant rejeter la faute de leur incurie sur autrui; ainsi que de quelques Occidentaux culpabilisés à mort par leur propre histoire qui continueront à verser sans fin "le sanglot de l'Homme blanc": un autre bouquin que vous feriez bien de lire et dans lequel "Pascal Bruckner s'attaque avec vigueur au malaise qui consume les sociétés occidentales : le " tiers-mondisme " qui repose surtout, derrière la solidarité affichée, sur la haine de soi. Cette idéologie oppose un Sud radieux, peuplé d'agneaux et de martyrs, à un Nord rapace, habité de loups et de nantis. Une vision trop simpliste et culpabilisante qui trouve ici un lumineux contrepoint".

  • Posté par Malé Bertrand, dimanche 1 août 2021, 12:36

    Ma toute petite madame, ne dit-on pas "Qui sème le vent, récolte la tempête". Donc, oui je vous ai provoquée sciemment, car en me traitant de macho primaire, moi je vous rétorque que c'est votre racisme primaire qui me révulse !!!

  • Posté par Malé Bertrand, vendredi 30 juillet 2021, 17:08

    Que de mauvaise foi peuvent continuer à avoir ces anciens coloniaux qui veulent démontrer ??? les bienfaits de leur présence dans les pays d'Afrique, comme le Congo, alors qu'ils n'y sont allés que pour s'enrichir honteusement, en pillant les richesses de ce pays et en le laissant en pleine misère sociale et éducative, aux mains d'autre exploiteurs congolais, mais tout en continuant "à tirer les ficelles en coulisse". Que penser aussi de ces "braves coloniaux" qui mettent tout en oeuvre pour freiner ou interdire l'accès à notre territoire de population venant d'Afrique ??? Le blanc belge peut aller en Afrique comme il veut, mais l'Africain est persona non grata en Belgique. Triste monde !!!

  • Posté par collin liliane, dimanche 1 août 2021, 10:14

    @Malé Bertrand Je fais simplement la constatation que n'importe qui peut faire: l'immigration non européenne - et parfois aussi européenne quand elle provient de Roumanie par exemple- nous pose d'énormes problèmes politiques, économiques, sociaux, judiciaires, scolaires, écologiques, communautaristes, culturels et cultuels qui ne feront que s'amplifier. Tous ces faits sont vérifiables, qu'ils vous plaisent ou non. Quant à votre référence à la mégère apprivoisée violemment domptée par son époux et finissant par se montrer la plus docile de toutes les épouses, elle témoigne d'un machisme primaire digne du verset 34 de la sourate IV que je vous laisse le plaisir de découvrir.

Plus de commentaires

Aussi en Afrique

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs