Nina Simone au meilleur d’elle-même

couve Simone

Nina Simone montait pour la première fois sur la scène de Montreux lors de sa deuxième édition, en 1968. Elle y est revenue en 1976, 81, 87 et 90. Tout a été enregistré. Et ce sont des extraits de ces concerts que ce magnifique album reprend : 29 titres et 2 h 31 minutes de formidable musique. Avec deux versions de « Backlash Blues », de « Ne me quitte pas », de « See-Line Woman », avec, évidemment, « My baby just cares for me », une version incroyable de « To love somebody » des Bee Gees, la reprise de « Stars » de Janis Ian, de « No woman no cry » de Bob Marley. Des calypsos chaloupés comme « African Mailman » ou « Liberian Calypso ». Et des blues déchirants comme « Little Girl Blue » ou « Don’t smoke in bed ». Ce qui est impressionnant chez Nina Simone, c’est moins l’étendue de sa tessiture et la richesse de son timbre que sa puissance d’expression. Que celui qui n’a pas la chair de poule en écoutant « Ne me quitte pas » de Jacques Brel abandonne cette lecture. Cet album, c’est Nina Simone au meilleur d’elle-même. C’est-à-dire au plus profond de la musique.

BMG/Montreux Jazz Festival

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous