Accueil Société

Inondations: à Pepinster, le torchon brûle entre le bourgmestre et la Croix-Rouge

Face aux accusations de Philippe Godin, l’association dément être absente de la ville sinistrée. Elle assure par ailleurs qu’elle donnera bientôt des précisions sur l’ampleur et la destination des dons reçus dans le cadre de la catastrophe.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Bruxelles Temps de lecture: 3 min

Cela s’ébruitait depuis quelques jours : des habitants de Pepinster déclarant aux enregistreurs des journalistes n’avoir pu déceler nulle trace de la Croix-Rouge belge dans leur ville, tandis qu’en même temps ils assuraient non sans ironie avoir pu constater la présence de bénévoles de la Croix-Rouge israélienne (cf. un reportage paru dans De Morgen). Ce jeudi, la polémique a toutefois pris une autre ampleur. Car c’est Philippe Godin, bourgmestre de Pepinster, qui rue désormais publiquement dans les brancards de la Croix-Rouge. En marge de la présentation d’un « plan inondations », celui-ci a été jusqu’à déclarer que l’association avait répondu « aux abonnés absents » depuis le début de la catastrophe. Et ce, alors que le maïeur de l’une des villes les plus sinistrées de Wallonie affirme avoir explicitement sollicité de l’appui.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

19 Commentaires

  • Posté par Froès Laurent, samedi 31 juillet 2021, 15:35

    Je n'ai même pas envie de lire l'article tant cette personne se permet une généralité envers une ong qui fait un travail de dingue sur l'entité par ex de mon côté aux Ardennes brabançonnes et grez doiceau en particulier. Qu'il cible une personne si il veut en en assumant les conséquences et pas l'ensemble d'un système qui existe pour compenser les manquements d'un autre.

  • Posté par TOL Jerry, vendredi 30 juillet 2021, 20:04

    C'est quoi ce bourgmestre qui crache sur une ONG ? C'est complètement indécent. On est en Belgique Mr Godin, si vous avez une cible, ce sont vos autorités de tutelle... La croix-rouge , ça ne sera probablement pas sur votre nom aux prochaines élections ....

  • Posté par Georlette Yves, vendredi 30 juillet 2021, 16:50

    Je ne sais pas ce qui c'est passé en particulier entre les autorités civiles de Pepinster et la Croix-Rouge de Belgique mais de ce que j'ai retenu de la communication de la CRB pour y avoir servi pendant 13 ans de bénévolat au SSCR dans ma jeunesse, c'est qu'elle ne cherchera pas la polémique et à raison. J'ai versé un don.

  • Posté par Usual Suspect, vendredi 30 juillet 2021, 16:01

    Début 2020, Philippe Godin déclarait que "là où les hommes savent, les femmes doivent encore apprendre". Aujourd'hui, c'est lui qui pleurniche comme une femmelette parce qu'il est incapable d'assumer ses responsabilités de bourgmestre. C'est tellement plus facile de rejeter la faute sur les autres. Ne sait il donc pas que la Croix Rouge n'a aucune obligation à assumer en tant qu'ASBL, contrairement à lui ? Pauvre petit homme impuissant, pauvre type, lâche, ingrat et irresponsable.

  • Posté par Hennecart Pierre, vendredi 30 juillet 2021, 14:46

    J'ai personnellement versé un don, mais comme pour TOUTES les ONG (mon travail m'a permis d'y mettre mon nez à une certaine époque), je m'en méfie comme de la peste ! J'espère bien que la Croix rouge va faire un bilan public des dons et leurs destinations ! Je pense encore à la grande catastrophe d'Haïti il y a dix ans : des milliards du monde entier de dons et des ONG qui s'en mettaient plein les poches , se marchaient dessus, faisaient et défaisaient ce qu'elles entreprenaient les unes et les autres et résultats : Haïti toujours aussi pauvre et en ruine ... Voir le lien : https://theconversation.com/ha-ti-dix-ans-apres-le-seisme-voici-pourquoi-le-pays-a-tant-de-mal-a-se-relever-128972

Plus de commentaires

Aussi en Société

Plongée dans l’enfer des prostituées trans au quartier Yser

L’ASBL Alias sort une enquête et un court-métrage sur la situation des prostituées trans dans le quartier Yser. Détresse, survie et danger sont les maîtres mots de celles qui, souvent, n’entrevoient pas d’autre choix que de se prostituer.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs