Accueil Opinions Éditos

Prendre le problème de l’eau dans sa globalité

Après les inondations, l’heure est au bilan, à la recherche des responsabilités mais aussi aux améliorations à apporter. Parmi celles-ci, la gestion des zones inondables, classées rouges.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 2 min

De nombreux bourgmestres trouvent la cartographie des zones inondables par la Région wallonne trop laxiste, oubliant, par méconnaissance du terrain, des endroits souvent envahis par l’eau, ou trop rigide, classant en zone rouge des endroits sur lesquels les autorités communales ont pourtant œuvré pour supprimer les problèmes existants.

Au-delà des querelles locales, le grand problème de cette carte est finalement de se concentrer sur les abords des ruisseaux ou fleuves, omettant l’ensemble de la chaîne de l’eau et sacrifiant les vallées, souvent habitées par une population plus pauvre qui n’aura pas la possibilité de déménager, au profit des hauteurs et de ses constructions qui se multiplient ces dernières décennies. Ce n’est pourtant pas aux zones anciennes de cesser d’exister parce que des personnes ont rêvé d’un paradis sur les hauteurs.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs