Accueil Société

Un double assassinat en correctionnelle?

La défense du père meurtrier de Gerpinnes saisit la Cour de cassation. Il demande à la Cour constitutionnelle de statuer sur la nouvelle loi sur les assises.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

Un double assassinat, celui de son propre fils et de la compagne de celui-ci, n’entre-t-il donc pas dans cette catégorie des « crimes les plus graves » que la loi Geens sur la réforme de la cour d’assises entendait maintenir devant la juridiction populaire ?

La chambre des mises en accusations de Mons, en renvoyant mercredi Ylmaz Cakmak, 56 ans, inculpé de double assassinat, devant le tribunal correctionnel a estimé le contraire.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs