Accueil Société Régions Wallonie

Les murs en pierre sèche wallons espèrent atteindre l’Unesco

Via un programme Interreg, les parcs naturels des deux Ourthes et Haute Sûre Forêt d’Anlier remettent en valeur cette technique ancestrale de construction qui vient d’être reconnue comme chef-d’œuvre du patrimoine immatériel de la Fédération Wallonie-Bruxelles, en pointant l’Unesco à terme.

Article réservé aux abonnés
Journaliste de la cellule wallonne Temps de lecture: 5 min

Les murs en pierre sèche font la fierté de certains pays ou certaines régions d’Europe où leur présence magnifie les paysages sur des dizaines de kilomètres. En Wallonie, ces murs sont moins connus et reconnus. Enfin, étaient, car la Fédération Wallonie-Bruxelles les a voici quelques semaines reconnus comme chefs-d’œuvre du patrimoine oral immatériel. Une première étape avant de déposer la candidature belge à l’Unesco, pour que notre pays rejoigne, à l’instar de la France, de la Grèce ou de l’Espagne, la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanitédont la construction en pierre sèche fait partie depuis 2018.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Wallonie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs