Accueil

A l’Historium comme ailleurs, on attend les touristes intercontinentaux

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 1 min

Face au beffroi, l’Historium se présente comme « une attraction historique d’exception, qui plonge le visiteur actuel dans le riche passé de la ville » sur le mode 2.0. Ces derniers jours, son manager Stijn Boone a retrouvé le sourire. « Pour nous, le bilan de l’année 2021 restera loin des 300.000 visiteurs accueillis en 2012. Mais les entrées commencent à se vendre enfin, après des mois de disette », résume-t-il.

Sans surprise, les touristes intercontinentaux manquent ici comme ailleurs. « Ils sont importants car ils restent plusieurs jours à l’hôtel et soutiennent par leur consommation les commerçants locaux ». L’augmentation des visiteurs issus de Belgique et des pays limitrophes ne suffit pas à limiter la casse. « Quant aux Britanniques qui venaient nombreux à Bruges avant le Brexit, on se demande comment ils vont à l’avenir repenser leurs vacances et leurs voyages . »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs