Accueil Société

Le cahier de vacances, vedette controversée des beaux jours

Ils trônent dès les premières apparitions du soleil dans les librairies et les supermarchés : les cahiers de vacances sont des incontournables de l’été depuis leur création dans les années 1930, en France. La crise sanitaire et ses conditions d’enseignement difficiles n’ont pas altéré sa popularité, mais il reste toujours un objet de débats entre les différents acteurs de l’enseignement.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Il y a une petite progression cette année par rapport aux autres, mais globalement c’est un très bon produit. » Fabian Louis, des éditions Erasme, se réjouit des bonnes ventes de cahiers de vacances. « Je suis persuadé qu’avec la crise sanitaire, les parents ont plus rejoué un rôle d’éducateur, il y a forcément plus d’attention portée à l’éducation des enfants. » Les libraires aussi affectionnent ce cahier destiné aux écoliers pendant les grandes vacances. Chez Filigranes, à Bruxelles, on remarque une tendance à l’augmentation des ventes depuis deux ans. On observe également que la demande se fait de plus en plus tôt. Ça semble donc être un produit attendu, qu’on met en rayon à partir de la mi-juin. Tous les âges sont globalement intéressés. Une vendeuse nous confie même que certains parents demandent ces cahiers estivaux pour des niveaux avancés dans le secondaire, preuve que le cahier de vacances est un produit phare de l’été.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Coulon Fabien, samedi 31 juillet 2021, 13:04

    Laissez les enfants jouer. C'est en jouant qu'ils apprendront le plus de choses utiles. Les apprentissages scolaires ne servent qu'à fabriquer de bons adultes qui iront alimenter la société de consommation sans rechigne. Apprenons leur l'esprit critique, le plaisir d'apprendre par et pour eux-mêmes, donnons leurs réellement les moyens d'apprendre d'autres langues et foutons leur la paix en vacances. Après, si c'est pour passer la moitié du temps devant un écran... Toutes les espèces animales apprennent en jouant et pas en forçant.

  • Posté par Moriaux Raymond, samedi 31 juillet 2021, 6:56

    Le point de vue de la Ligue me déçoit. Les vacances ne sont pas une période de sidération mentale pendant laquelle toute activité cérébrale est proscrite. Les élèves seraient-ils à ce point épuisés qu'il faille tous les mettre en sommeil profond pendant au moins 6 semaines ?

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs