Accueil Société

Les smombies, ces piétons connectés qui risquent leur vie faute d’attention

Plus de 14 % des Bruxellois traversent les rues à pied en prêtant plus d’attention visuelle à leur smartphone qu’à la circulation. Un phénomène de plus en plus répandu qui préoccupe l’IBSR et les transports publics.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 4 min

Ils marchent d’un pas décidé sans pour autant regarder où ils vont. Ben oui, plutôt que de regarder où ils mettent les pieds, y compris lorsqu’ils traversent la chaussée, ils préfèrent rester les yeux rivés sur leur téléphone portable pour surfer sur le net, pour écouter de la musique ou pour taper du texte. Certains de ces piétons connectés s’adonnent même à toutes ces activités en même temps ! Complètement ailleurs, dans le virtuel, ils courent le risque de bousculer un passant, de percuter un poteau, de trébucher sur un obstacle ou – bien plus grave – de se faire renverser par un véhicule, camion et tram inclus. C’est dire si leur surnom de « smombies », contraction des mots « smartphone » et « zombies », leur convient hélas à merveille.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Vrai ou faux: les chiffres de Sciensano sont-ils pollués par des patients qui ne sont pas malades du covid?

Plutôt vrai. Si les admissions à l’hôpital ne recensent que des patients qui souffrent du covid, le nombre total de lits occupés dans les unités covid des hôpitaux belges inclut une partie de malades positifs au virus, mais admis pour une autre raison. Un phénomène que Sciensano ne peut pas chiffrer, mais qui n’est pas anecdotique vu la forte circulation d’omicron en ce moment.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs