Accueil Sports Autres sports Jeux olympiques

Nina Derwael peut choisir ses nouveaux rêves

La gymnaste a décroché ce dimanche la première médaille d’or de la Belgique aux Jeux de Tokyo.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Le temps a suspendu son vol, trente-deux secondes précisément. Et en Limbourg, terroir qui a enfanté l’une des plus grandes championnes de l’histoire du sport belge, l’apnée était le sport le plus pratiqué ce dimanche midi. La fluidité avec laquelle Nina Derwael a virevolté entre ces barres asymétriques dont elle semble se jouer, avec ses jambes deux fois plus longues que celles de ses rivales, est inversement proportionnelle à l’exigence de l’exercice. Ce moment fugace, qui oscille sans choisir entre force et esthétisme, illustre si mal les années de sueur à l’entraînement, stakhanoviste, les douleurs d’un corps qui s’abîme, les doutes d’un mental qui parfois vacille.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Jeux olympiques

JO d’hiver à Pékin: Bart Swings, le destin en or d’un surdoué de la glisse

La Brabançonne a résonné au Palais des médailles, quelques heures avant que la flamme olympique cesse de réchauffer le Nid d’oiseau. Champion olympique de mass start, Bart Swings a écrit, samedi à Pékin, l’une des plus belles pages du sport belge. Les lames du Louvaniste, aiguisées par des années de travail acharné, ont dessiné sur l’anneau de glace la voie de sa consécration.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs