Accueil Sports

Esteban Ocon, la belle histoire

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 1 min

Depuis toujours, la F1 s’autorise l’éclosion de jeunes gens dont le compte en banque parental est inversement proportionnel au talent. Ce fut le cas de Lewis Hamilton. C’est aujourd’hui celui d’Esteban Ocon, Normand désargenté dont les parents ont pratiquement vécu dans la misère pour offrir au gamin des programmes dans les catégories inférieures. Et encore, il fallut l’intervention de mécènes puis de Toto Wolff (« Sans lui, je retournerais les hamburgers dans un McDo », avait-il raconté un jour) pour accéder au sérail des sports mécaniques.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Sports

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs