Accueil Opinions Éditos

Les maisons de repos n’ont pas fini de panser leurs plaies

Nos aînés ne veulent pas quitter leur maison, encore moins pour aller « là-bas ». Ils y arrivent maintenant à la dernière minute lorsque leur état physique et mental ne leur laisse plus le choix.

Article réservé aux abonnés
Cheffe adjointe du service Société Temps de lecture: 3 min

Funeste et cynique épidémie. Jusque-là invisibles pour ne pas dire inexistantes dans le débat médiatique et politique, les maisons de repos y ont fait irruption brutalement. A leur insu. A coup de morts, de solitude et de détresse. A bout de souffle et de tout. Sur les 25.000 morts du covid recensés en Belgique, plus de la moitié sont des résidents de maisons de repos. Décédés à l’hôpital mais la plupart du temps, dans leur propre lit, au sein de ce que beaucoup appellent « leur dernière maison ».

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs