L’utilisation de fumigènes, pétards et feux de Bengale dans les stades de foot bientôt plus sévèrement sanctionnée

Belga
Belga

L’utilisation d’objets pyrotechniques en marge de matches de football sera plus sévèrement sanctionnée à l’avenir grâce notamment à un avant-projet de loi modifiant la loi football. C’est ce qu’a annoncé le cabinet de la ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden par voie de communiqué. Une approche à laquelle se rallient également la Pro League et la fédération belge de football.

«  Nous voulons briser l’illusion selon laquelle l’utilisation de matériel pyrotechnique symbolise l’ambiance dans le stade. Un changement de mentalité à cet égard est absolument nécessaire car son utilisation peut provoquer de graves blessures », déclare Annelies Verlinden.

L’avant-projet vise une approche plus ferme et plus large de l’utilisation de moyens pyrotechniques. Il prévoit tout d’abord des sanctions minimales plus élevées : une amende administrative de mille euros et une interdiction de stade de deux ans pour la manipulation de feux de Bengale, ainsi qu’une amende administrative de cinq cents euros et une interdiction de stade d’un an pour l’utilisation d’autres types de matériaux pyrotechniques.

En outre, la facilitation de l’utilisation de la pyrotechnie, par exemple l’introduction illicite d’objets ou la dissimulation des auteurs au moyen de banderoles, ne sera plus tolérée. L’utilisation d’objets pyrotechniques pourra également être sanctionnée jusque 48 heures avant et après le match ; leur usage sera par conséquent aussi interdit durant les entraînements, lors de célébrations et pendant les déplacements en bus des joueurs.

Elaboration d’un plan d’action

Les clubs assument également leurs responsabilités. Ils prennent des mesures visant à décourager l’utilisation d’objets pyrotechniques par leurs propres supporters. La ministre Verlinden entend soutenir les clubs, les autorités locales et les services de police dans leur démarche, avec une toolbox qui peut servir d’inspiration pour l’élaboration d’un plan d’action contre l’utilisation de moyens pyrotechniques.

« La pyrotechnie est souvent perçue comme spectaculaire, mais elle est surtout synonyme de danger et de risque pour toutes les personnes présentes dans l’enceinte du stade de football ainsi qu’aux alentours. De nombreux témoignages de collaborateurs, de spectateurs, de journalistes mais également de joueurs le confirment. Nous souhaitons donc nous focaliser davantage sur une concertation avec les clubs et les médias afin de ne plus diffuser d’images montrant du matériel pyrotechnique, mais surtout rappeler les risques que leur utilisation comporte », déclare Pierre François, le CEO de la Pro League.

Peter Bossaert, CEO de l’Union belge, souligne aussi qu’il est possible de supporter son équipe sans utiliser des pétards et des feux de Bengale : « Les supporters de nos Diables rouges et de nos Belgian Red Flames prouvent régulièrement qu’il est possible de soutenir merveilleusement bien leurs joueurs et joueuses préféré(e)s sans avoir recours à des moyens pyrotechniques. Cela doit constituer un exemple pour tous les supporters. Car ce n’est pas en prenant des risques que leur équipe jouera mieux. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous