Accueil Culture Scènes

Au château d’Hélécine, un «Départ» longtemps différé

Dans une roulotte au bord du lac, la Maison Éphémère et la compagnie Pop Up racontent l’histoire d’un grand enfant cherchant à échapper à l’emprise de ses parents.

Article réservé aux abonnés
Chef adjoint au service Culture Temps de lecture: 2 min

Dans le cadre enchanteur du Château d’Hélécine, on s’attendait à tout sauf à rencontrer un couple plutôt bas du front, enfermé dans une caravane (scénographie pleine de surprise de Maggy Jacot) dont il semble ne jamais vouloir sortir. Elle range, nettoie, cuisine tandis que son mari ne décolle pas de la télé. La télé, c’est leur seule « ouverture » sur le monde. Un monde irréel où les pires catastrophes ne sont plus qu’un spectacle parmi d’autres.

Sortant d’un placard (et ce n’est pas qu’une image), leur très grand fils (35 ans quand même) tente constamment de partir. Mais entre la valise de sa mère et le costume de son père, difficile d’échapper à l’univers d’où l’on vient. Et encore plus de faire comprendre aux parents qu’on est amoureux d’un « il » et pas d’une « elle ». Il a beau le répéter sur tous les tons, maman ne veut rien entendre et s’entête à rêver de la robe de mariée.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Scènes

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs