Accueil

Le Chemin des Ecoliers

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 1 min

« Pour moi, les vacances, c’est d’abord être dehors – hors de la ville et de la vie de tous les jours – et renouer avec la nature », confie Etienne de Callataÿ, en descendant le Chemin des écoliers, « ainsi nommé parce que jadis emprunté par les enfants du bas du village qui venaient à l’école, les filles à l’école des filles et les garçons à l’école des garçons, bien entendu. » La pente est raide et escarpée. « Nous sommes au début de l’Ardenne géologique, mais le paysage n’est pas encore celui de l’Ardenne classique. Les résineux le disputent aux feuillus et aux prairies. C’est la Calestienne, au sous-sol calcaire, une bande étroite qui va jusqu’à Chimay et déborde en France », explique Etienne de Callataÿ. Au bas du chemin, nous nous arrêtons sur un petit pont de béton dont les garde-fous ont été arrachés par la crue de la semaine précédente. « Voici l’Aisne, qui se jette dans l’Ourthe à Bomal. Mais j’ai l’impression d’être au Canada », poursuit notre hôte. « En tout cas, c’est ainsi que j’imagine le Canada ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs