Accueil Léna

Un an avec Lamont Marcell Jacobs

Entre retraite à Tenerife, nouvelle stratégie de départ et bouclier aérodynamique, Marcell Jacobs en a fait des sacrifices pour en arriver là où il en est aujourd’hui. Le 1er août 2020, douze mois avant son sacre à Tokyo, il avait obtenu un chrono de 10 » 10 au Triveneto International Meeting.

Avec Léna, découvrez le meilleur du journalisme européen.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Jacobs a couru le 100 mètres en 10’’10 au meeting du Triveneto, avec un vent régulier de +1,6 m/s. Le sprinter italien du groupe sportif des Fiamme Oro poursuit ses efforts pour franchir la barrière des dix secondes. » C’était le 1er août 2020, au stade de Trieste. Et les agences de presse nous servaient toutes la même rengaine. Jacobs est un bon athlète, mais ce n’est pas Tortu, qui a déjà franchi cette barrière avec un impressionnant 9 » 99. Et il se blesse sans arrêt. On dit que le saut en longueur l’a achevé. On dit qu’il est destiné à demeurer sur le paddock des paris perdus. On dit tant de choses de lui.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par bo 19, dimanche 8 août 2021, 12:26

    on en parle dans 6 mois ---- médaille rendue - impossible de gagner 23 centièmes en freinant presque à la fin

Aussi en LéNA

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs