Accueil

Les gouverneurs critiqués, ils réagissent

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 1 min

Dans l’épreuve, les gouverneurs sont en première ligne. Nommés par la Région (les partis ont la main, ce sont des désignations politiques), ils ont une mission d’ordre fédéral par temps de gestion de crise. Ils évoluent alors sous l’autorité du ministère de l’Intérieur, opérant sur le territoire des provinces, sans plus être liés institutionnellement au pouvoir provincial comme c’était le cas auparavant. On s’interroge sur leur faculté à réagir efficacement dans la crise post-inondations. Olivier Schmitz, gouverneur au Luxembourg, étiqueté indépendant, se défend : « Nous avons manœuvré au mieux, notamment dans ma région, où nous avons suivi le scénario élaboré après un exercice réalisé il y a 2 ans en collaboration avec l’Europe, qui simulait un phénomène comparable. Peut-être faut-il revoir le système pour les provinces où il y a une grande ville, comme Liège, ou Charleroi, mais là où la province est composée de petites entités, nous jouons un rôle de coordination irremplaçable ». En fait, les critiques, il est vrai, visent surtout Hervé Jamar, à Liège.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs