Accueil Société

Intempéries: le numéro deux de l’armée pointe une «érosion» des services d’urgence

La préoccupation la plus urgente aujourd’hui dans les zones sinistrées – principalement de la province de Liège – est la coordination de la distribution alimentaire, a déclaré le général Thys.

Temps de lecture: 2 min

Le « numéro deux » de l’armée, le lieutenant-général Marc Thys, a pointé jeudi du doigt l’« érosion » des services d’urgence comme l’une des causes qui ont compliqué l’action des services de secours dans la zone de l’est de la Belgique touchée par de fortes pluies qui ont fait une quarantaine de morts.

« C’est comme ramer avec les rames que vous avez et ces rames sont devenues très courtes », a déclaré le vice-chef de la la Défense (V-Chod) lors de l’émission Terzake de la VRT-télévision.

À lire aussi Inondations: le fédéral réintervient, ça grince en Wallonie, ça hurle à la N-VA

La préoccupation la plus urgente aujourd’hui dans les zones sinistrées – principalement de la province de Liège – est la coordination de la distribution alimentaire, a déclaré le général Thys. Le grand défi pour les semaines à venir est de fournir un abri à toute personne sans toit pour l’automne, a-t-il ajouté.

Les victimes des inondations et les bourgmestres des communes les plus touchées ont exprimé ces dernières semaines de nombreuses critiques sur l’action des services de secours et, parfois, la lenteur de l’armée à intervenir.

La zone touchée par les inondations est si grande qu’il faut un certain temps avant de pouvoir la cartographier, a répliqué jeudi le V-Chod.

À lire aussi A Wandre, des déchets à ne plus savoir qu’en faire

Mais il a surtout souligné combien les capacités logistiques de certains services, comme la Protection civile – dont le gouvernement Michel 1er a sérieusement réduit les effectifs et les moyens –, les pompiers et la Défense sont devenues très limitées.

« L’érosion d’un certain nombre de services d’urgence est là aujourd’hui et vous ne pouvez que le constater », a expliqué le général Thys. « Des choix ont été faits dans le passé. Je comprends les gains d’efficacité, mais les secours sont une question d’efficacité. Vous devez atteindre votre objectif », a-t-il ajouté.

Le vice-chef de la Défense a notamment souligné que les unités de génie de l’armée belge ne disposaient plus de ponts (de type Bailey) pour remplacer des ouvrages civils endommagés. Le nombre de bulldozers dont disposent les deux bataillons de génie – le 4e, caserné à Amay, et le 11e de Burcht, près d’Anvers – a aussi été réduit, a-t-il fait valoir.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

12 Commentaires

  • Posté par noel lelon, vendredi 6 août 2021, 2:02

    La Croix-Rouge, entre autres, achète du matériel sur le marché pour venir en aide aux personnes sinistrées. Notamment avec l’argent de nos dons. C’est très bien, c’est utile et souvent nécessaire. Mais, la part du prix d'achat qui reste dans le dernier magasin de la chaîne, celui qui vend au client, est souvent exorbitant. Je ne veux pas que la moitié de mon don engraisse des marchands sans scrupule qui n’hésiteront pas un gonfler leurs prix de vente quand la demande croît. A titre d’exemples : 1. Rappelez-vous à quel prix des margoulins vendaient les masques de protection, en pénurie, au début de la pandémie de covid-19 ! Un véritable scandale. 2. On annonce déjà que le prix des voitures d’occasion dans les zones sinistrées gonfle parce que la plupart des personnes qui ont perdu leur véhicule dans la catastrophe n’ont pas les moyens d’acheter une voiture neuve. Celles-ci accroissent la demande des occasions et donc leurs prix, comme s’il était normal et inéluctable que les vendeurs se fassent du fric sur le dos des sinistrés. Les inondations et leurs tristes conséquences constituent un événement imprévisible. Un approvisionnement directement chez le producteur ne modifierait pas le train-train des marchands de soupe de la distribution. Si la Croix-Rouge s’approvisionnait chez les grossistes, voire directement à l’usine, mon don serait mieux utilisé. Encore merci pour votre dévouement.

  • Posté par Maison Médicale , vendredi 6 août 2021, 0:00

    Gouverner c'est prévoir, c'est prendre soin de la population, assurer sa sécurité, et pas faire des économies à la petite semaine en ne visant que les prochaines élections. Climat, santé, la gestion du politique est lamentable et catastrophique.

  • Posté par merdelesystème Jean, jeudi 5 août 2021, 23:34

    Une fois il faut s'inquiéter, une fois pas. Moi je constate que pour les moins 45 ans, il y a eu 40 morts en 7 mois. (Chiffre Sciensano). Donc, pourquoi me faire vacciner? Les gens qui sont vaccinés sont protéger. Les jeunes ne risquent rien et les personnes plus fragiles peuvent se faire vacciner. Le vaccin Russe est surement tout aussi bon ou mauvais que les autres. En tout cas, moi je m'en tape.

  • Posté par Halut Michele, jeudi 5 août 2021, 22:32

    J’ai peut être une mauvais esprit mais je pense que médecins sans frontières intervient à l’étranger. Ici on ne les voit pas. Ils ont du matériel, des tentes , une expérience des situations difficiles. Ce serait bien de bénéficier de leur secours. Mais je me trompe peut être .

  • Posté par Otte Gérard, vendredi 6 août 2021, 0:42

    Les frontières d'Outre mer seraient-elles plus aisées à franchir que la frontière linguistique ?

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko