Accueil Sports Autres sports Jeux olympiques

JO 2020: «Une 4e place, cela fait mal», les Tornados inconsolables malgré un record national

Les Belgian Tornados ont pris la 4e place de la finale du relais 4X400 m messieurs samedi aux Jeux Olympiques de Tokyo.

Temps de lecture: 3 min

Les Belgian Tornados ont terminé à la 4e place de la finale du relais 4x400 m des Jeux Olympiques samedi soir à Tokyo. Alexander Doom, Jonathan Sacoor, Dylan Borlée et Kevin Borlée n’ont jamais couru aussi vite. Leur temps de 2 : 57.88 est un nouveau record national. Il efface les 2 : 58.52 réussis par Julien Watrin, Jonathan Borlée, Dylan Borlée, et Kevin Borlée en finale à Rio. Mais cela ne les console pas d’être passés encore à côté de cette médaille olympique qui reste l’unique récompense qui manque à leur magnifique palmarès. Il s’agit aussi de la septième 4e place du Team Belgium dans ces JO.

Le capitaine des Tornados qui est parti en 4e position dans le dernier relais n’a pas réussi cette fois à gagner la place qui aurait offert la médaille tant convoitée. « On a donné le maximum. On court de plus en plus vite. Dans l’histoire c’est un chrono qui fait toujours podium. C’est comme ça », Kevin Borlée ne pouvait cacher son immense déception à l’issue de sa 4e finale olympique. A 33 ans, il a sans doute compris que l’échéance de Paris en 2024 risque d’arriver trop tard. « Je n’étais pas sûr de courir aujourd’hui. J’ai senti mon ischio toute la course. Il fallait y aller, c’était une finale olympique. Je n’étais à 100 % c’est certain. Je pensais que cela irait vite mais pas à ce point là. »

Dylan Borlée, qui comme en série a assuré le 3e relais, remontant de la 6e à la 4e place, résumait son sentiment : « On signe un très bon chrono. Les équipes devant nous ont été plus fortes. On a le droit d’être triste aujourd’hui. On a fait beaucoup de travail et on aurait aimé être récompensé d’une médaille olympique. »

« On vient de très loin », a rappelé Jonathan Sacoor. Il y a deux mois aucun des membres de l’équipe n’avait encore trouvé une grande condition. « Et voir qu’on est si proche à l’arrivée. C’est un rollercoaster d’émotions. C’est cela le sport ».

« On a un sentiment amer. On bat le record, mais on aurait préféré une médaille », avoua Alexander Doom qui lança la course au couloir 9 et qui réussit à céder le témoin en 4e position à Sacoor qui a faibli sur la fin. « Je devais partir très vite pour laisser mes adversaires derrière moi (au rabattement). Cela a bien tenu 300 mètres mais la dernière ligne droite a été très dure ».

Le relais coaché par Jacques Borlée courait sa 4e finale olympique consécutive. Il avait pris la 4e place à Pékin, la 5e à Londres et la 4e à Rio, à 3/100e de seconde de la médaille de bronze. Les Tornados couraient leur 27e finale internationale depuis leur apparition en 2008. Leur palmarès est riche de treize médailles : cinq d’or, deux d’argent et six de bronze.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Vigneron Gérard, dimanche 8 août 2021, 7:49

    Je les comprends, une médaille aurait été une récompense méritée, suprême pour eux!

Aussi en Jeux olympiques

JO d’hiver à Pékin: Bart Swings, le destin en or d’un surdoué de la glisse

La Brabançonne a résonné au Palais des médailles, quelques heures avant que la flamme olympique cesse de réchauffer le Nid d’oiseau. Champion olympique de mass start, Bart Swings a écrit, samedi à Pékin, l’une des plus belles pages du sport belge. Les lames du Louvaniste, aiguisées par des années de travail acharné, ont dessiné sur l’anneau de glace la voie de sa consécration.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

SoSoir Voir les articles de SoSoir VacancesWeb Voir les articles de VacancesWeb