Accueil Sports Autres sports Jeux olympiques

Les Tornados, une 4e place si difficile à accepter

Alors qu’ils ont battu leur record de Belgique de 64 centièmes, les Tornados ont terminé au pied du podium du 4 x 400 m comme à Rio. Le coup est très dur. Trop dur.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Jacques Borlée n’avait pas menti en prélude au 4 x 400 m de ces Jeux de Tokyo. Malgré tous les contretemps qui avaient parsemé sa préparation, où ses hommes étaient tombés et s’étaient toujours relevés, il avait annoncé qu’il avait une équipe plus forte qu’à Rio, où elle avait loupé la médaille de bronze pour 3 petits centièmes. Ce samedi, en finale du relais, les Belgian Tornados ont, en effet, été encore plus vite qu’il y a cinq ans. Plus vite de 64 centièmes, ce qui n’est pas rien quand on carbure au plus haut niveau depuis tant d’années.

Mais, même en battant le record de Belgique établi au Brésil, en le faisant passer de 2.58.52 à 2.57.88, ils ont une nouvelle fois fini 4es, au pied de ce podium olympique qui s’est toujours refusé à eux. Les États-Unis (2.55.70), les Pays-Bas (2.57.18) et le Botswana (2.57.27) étaient plus forts et ils ont dû s’incliner dans une douleur immense.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

14 Commentaires

  • Posté par Cornet Fabrice, mardi 10 août 2021, 15:39

    Dommage que les commentaires aient tourné à l'aigre sur ce forum. Le problème Borlée vaut un débat plus serein auquel j'aurais aimé participer. Kevin et Jonathan sont de grands champions qui ont réalisé dans le passé des performances individuelles exceptionnelles. Par contre, sur le plan des relations humaines, ils ont, comme leur père, un très gros problème. J'ai hurlé de rire quand j'ai entendu Olivia dire à la TV qu'il régnait une ambiance de camaraderie formidable au sein des Tornados. Rien n'est plus faux. Les Borlée ne parlent même pas à leurs équipiers et n'ont absolument aucun échange humain avec eux. Au contraire même, je sais qu'ils ont eu le culot de blâmer Jonathan Saccor pour la 4ème place de Tokyo. C'est indigne et cruel ! On pourrait peut-être reparler de toutes ces finales où Dylan a couru alors qu'il y avait des athlètes plus rapides que lui disponibles dans l'équipe ? Même à Rio !!! ...

  • Posté par Groetaers Jean-Pierre , dimanche 8 août 2021, 11:45

    Je ne comprends pas ces blessures perpétuelles ! N’y-a-t-il pas un problème avec l’entraîneur ? 2 sur 4 ont des soucis physiques… juste au moment des JO !

  • Posté par Ballez Guy, dimanche 8 août 2021, 16:19

    Tien et Van niekek qui nous claque une finale à Rio en moins de 43". Il est où en 2021, même pas en finale ! Ah oui, il a été blessé. Il devrait peut-être changer d'entraineur? En vérité, le problème du sport de très haut niveau est qu'il dépasse les limites physiques et donc tôt ou tard la blessure survient, fatalement. Exemples récents outre les Borlée et Van Niekerk, Nafi (coude et tendons) Katerina Johnson-Thomson (tendon) et dans un autre domaine E. Hasard etc.

  • Posté par Halut Michele, dimanche 8 août 2021, 11:28

    Ils devraient peut être changer d’entraîneur?

  • Posté par Fontesse Philippe, samedi 7 août 2021, 23:11

    A quand le départ des Borlee, père et fils afin d'avoir un responsable qui va regarder tous les athlètes et pas que ses fistons, cela fait plusieurs années qu'on ne parle que d'eux, qu'on leurs trouve des excuses alors qu'ils gaspillent l'argent des fédérations uniquement pour eux les Borlee.

Plus de commentaires

Aussi en Jeux olympiques

JO d’hiver à Pékin: Bart Swings, le destin en or d’un surdoué de la glisse

La Brabançonne a résonné au Palais des médailles, quelques heures avant que la flamme olympique cesse de réchauffer le Nid d’oiseau. Champion olympique de mass start, Bart Swings a écrit, samedi à Pékin, l’une des plus belles pages du sport belge. Les lames du Louvaniste, aiguisées par des années de travail acharné, ont dessiné sur l’anneau de glace la voie de sa consécration.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs