Accueil Les séries d’été

L’Allemagne tourne la page Merkel (2/5): Angela la centriste

A la tête du gouvernement allemand depuis 2005, Angela Merkel quittera son poste après les élections fédérales du 26 septembre. L’occasion de revenir sur la carrière politique hors norme de la chancelière en suivant cinq facettes de sa personnalité. Aujourd’hui, Merkel la centriste. Surnommée la « dame de fer » au début de sa carrière de chancelière, Merkel est aujourd’hui considérée comme la plus brillante sociale-démocrate de la République.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

Avant de prendre le pouvoir, on la surnommait la « dame de fer ». Angela Merkel était favorable aux réformes ultralibérales. Deux ans avant le scrutin de 2005, où elle prendra le pouvoir, elle prononce un discours au congrès de Leipzig qui avait tout d’un programme thatchérien. « Merkel était au départ une adepte du libre-échange », confirme Markus Linden, politologue à l’université de Trèves, en Rhénanie-Palatinat.

Merkel pestait alors contre « trop d’immigration » et réclamait la mise en place d’un système d’assurance maladie forfaitaire, indépendante du niveau des revenus. Un programme qui prédisait la fin d’une société solidaire. En misant sur cette carte néolibérale, elle avait failli perdre les élections contre Gerhard Schröder, le chancelier social-démocrate sortant, à seulement quelques milliers de voix de différence.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Scheuer Dieter, dimanche 8 août 2021, 23:40

    Bonsoir,par manque de temps mon commentaire sera bref.L’auteur de l’article sur Angela Merkel est un ultra-libéral déguisé ou ne comprend rien à l’Allemagne.Trois petites remarques:(Mme Merkel a toujours soutenue toutes les réformes néolibérales de Gerhard Schroeder ,qui ont pratiquement détruit la social-démocratie en Allemagne;Sous ses 16 ans de « règne « (tranquille et mené stratégiquement avec brio )Mme Merkel a été d’une dureté impitoyable avec les pays européen du Sud(l’exemple gresue grecque est en mémoire de tout le monde;et ça va peut-être surprendre(Le CDU était certes un parti masculin ,mais 1/3 de ses adhérents étaient membre du DGB(syndicat allemand),et sous Hemut Kohl existait un impôt sur la fortune,des salaires décents pour les travailleurs,un impôt progressif jusque 53,voir 56 et son ministre Norbert Bluem (extravailleur de Opel)a introduit l’assurance dépendance,une réforme sociale d’envergure.Comme personne ,elle était intègre ,non vénale et sympathique,comme chancelière l’appauvrissement de 40- à 50 pour-cent de la population était à la suite de Schroeder (lui était de plus arrogant et antipathique)leur œuvre commun.Avec une Europe en miette et l'extrême droite de plus en plus forte !!Donc,vraiment,ce bilan est idéologique et sans fondement.

Aussi en Les séries d’été

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs