Accueil Sports Autres sports Jeux olympiques

Jacques Borlée: «Je ne vois pas ce que nous aurions pu faire de plus»

Terriblement abattu comme ses hommes après la finale du 4 x 400 m où ils ont fini 4es comme à Rio, Jacques Borlée revient sur une soirée une fois de plus maudite pour les Tornados.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Battre le record de Belgique et ne pas arriver à monter sur ce podium qui s’était déjà refusé de toute justesse à eux il y a cinq ans à Rio : c’est le terrible sort qu’ont vécu les relayeurs du 4 x 400 m, samedi soir, au stade Olympique. Trop atteint, comme son fils Kevin, pour en parler à chaud après la course, Jacques Borlée, le coach des Tornados, est revenu sur cette désillusion ce dimanche, toujours aussi abattu.

Comment avez-vous digéré cette soirée ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Psy Clone, lundi 9 août 2021, 10:19

    «Je ne vois pas ce que nous aurions pu faire de plus» : changer de sport ? Ou de métier ?

  • Posté par Tixhon Jean-louis, lundi 9 août 2021, 3:53

    À l attention de Jacques, La fédération belge de sport dans différentes disciplines fait souvent peu, par manque de moyens et très souvent de volonté. Souvent les sportifs belges sont seuls dépendant des moyens familiaux. Ton acharnement à une recherche de perfection a amené la Belgique par ton énergie, l opiniâtreté de ta fille, de tes fils et tous les autres athlètes de l équipe à des résultats constants et de très haut niveau pour notre petit pays. Tous vous êtes exemplaires et mérités le respect. Toutefois, la carrière sportive de gaut niveau est souvent courte. Le maintien du niveau de la puissance corporelle avec l âge est fondamental. Mais le bien être mental et emotionnel des garçons seraient également à prendre en compte, à savoir l adaptation à la réduction des endorphines productrices de dépendance au mouvement sportif. Tout un programme de reconversion quand le moment sera venu... .

  • Posté par van herenthals Robert, dimanche 8 août 2021, 22:34

    jacques Borlée et ses fils, des vrais mecs qui nous rendent fiers de faire partie de ce petit pays si disparate que seul le sport parvient à (ré)unifier,soyons fiers d'etre belges,j'ai pas mal voyagé et beaucoup de pays nous aiment et nous envient...

  • Posté par NOBEN Karl, dimanche 8 août 2021, 23:58

    Dans "sport de compétition", il y a... compétition ! On nous fait croire que c'est un ciment national(iste), mais sur quoi cela repose-t-il réellement ? Les sportifs de haut niveau sont avant tout des individualités qui ont une relation ambigüe à leur pays (il suffit de voir le nombre d'évadés dans les sports "qui rapportent" et d'entendre les rouspétances autour du sous financement dans les sports "qu'il faut soutenir"), ce dont J. Borlée ne se prive à nouveau pas dans cette interview... Faire de la politique, c'est choisir, et est-il bien raisonnable d'offrir à un sportif "de haut niveau" les moyens qui permettraient de soutenir 10, 100 ou 1000 "sportifs anonymes" ?

  • Posté par Pablos Gino, dimanche 8 août 2021, 18:12

    Bravo monsieur Borlée,vous êtes un grand entraineur et un grand monsieur tout court,vous avez entrainé des jeunes gars et en avez fait des champions,la médaille tant méritée n'était pas au rendez vous,c'est triste et décevant pour tous, d'abord pour les tornados et vous qui en êtes l'entraineur , puis nous vos supporters qui vous suivons depuis si longtemps. Médaille ou pas pas grand chose ne change ,le fond reste le même ,simplement merci vous êtes des authentiques sportifs.

Aussi en Jeux olympiques

JO d’hiver à Pékin: Bart Swings, le destin en or d’un surdoué de la glisse

La Brabançonne a résonné au Palais des médailles, quelques heures avant que la flamme olympique cesse de réchauffer le Nid d’oiseau. Champion olympique de mass start, Bart Swings a écrit, samedi à Pékin, l’une des plus belles pages du sport belge. Les lames du Louvaniste, aiguisées par des années de travail acharné, ont dessiné sur l’anneau de glace la voie de sa consécration.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs