Accueil Société

L’expert en science climatique: «Certaines émissions polluantes ont diminué en Belgique, pas le CO2»

Docteur en science climatique du MIT, Martin Wolf établit, tous les deux ans, un classement de 180 pays selon leurs performances environnementales. La Belgique se situe au 15e rang mondial.

Article réservé aux abonnés
Cheffe adjointe du service Société Temps de lecture: 4 min

Né de la collaboration de chercheurs des universités américaines de Yale et de Columbia, l’indice de performance environnementale (EPI) est devenu un cadre de mesure de premier plan pour les politiques environnementales mondiales, classant 180 pays sur la base de 32 indicateurs de performances environnementales comme la qualité de l’air, la vitalité des écosystèmes, les ressources en eau et leur qualité, etc. Publié tous les deux ans – le dernier date de juin 2020 –, cet indice est particulièrement scruté par les pays car il offre une bonne visibilité sur leurs atouts et leurs faiblesses sur le plan environnemental et donc aussi sur les politiques à mener pour réduire son empreinte climatique. Rencontre avec Martin Wolf, docteur en science climatique du MIT (Massachusetts Institute of Technology) et enquêteur principal pour l’EPI.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Joos de ter Beerst Patrick , lundi 9 août 2021, 23:27

    Excellent article. Le plus gros problème, c'est la surpopulation.

  • Posté par Delpierre Bernard, lundi 9 août 2021, 15:03

    L'auteur insiste sur l'activité humaine qui a connu une expansion depuis 1750, point de départ de l'activité industrielle développée depuis de manière quasi exponentielle; toutefois il omet d'ajouter qu'en 1750 nous étions entre 620 et 700 millions d'habitants alors qu'aujourd'hui on navigue entre 7 milliards (donc 10 fois plus) et sans doute10 milliards vers 2050 ...Or, déjà qu'un niveau de vie comparable à celui des européens et américains du nord qui serait étendu à tous n'est supportable en terme de ressources exploitables et de dépenses d'énergie que pour 2 à 3 milliards d'individus maximum, essayez de concilier les exigences des populations connaissant notre niveau de renoncer sinon à l'y rejoindre en tout cas à s'y approcher avec l'impérieuse nécessité de réduire drastiquement les émissions mondiales de CO2 sans parallèlement et diminuer notre niveau de vie et la démographie des pays émergents, c'est la quadrature du cercle.

  • Posté par Glossy P, lundi 9 août 2021, 11:10

    Quelle gueule ! Expert tronche de cake !

  • Posté par Roussel Olivier, lundi 9 août 2021, 14:07

    Ah ! non ! c’est un peu court, jeune homme ! On pouvait dire… Oh ! Dieu ! … bien des choses en somme…

  • Posté par Bonisseur de La Bath Adolphe, lundi 9 août 2021, 10:25

    Apres la terreur covidiste, maintenant la terreur climatique.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs