Accueil Planète Climat

«Alerte rouge pour l’humanité», «Tout faire pour changer de cap»: les réactions au rapport du Giec

Ce rapport « est une alerte rouge pour l’humanité », a réagi le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres.

Temps de lecture: 3 min

Le nouveau rapport du Giec sur l’évolution du climat, publié lundi, est un « cri d’alarme sans précédent avant la COP26 », a réagi la Coalition Climat.

« Si les conclusions ne sont pas neuves, elles posent une alarme sans précédent et elles doivent aujourd’hui se lire à la lumière des catastrophes que nous avons connues cet été. Nous devons tout faire pour changer de cap », déclare Nicolas Van Nuffel, le président de cette coalition qui réunit plus de 80 organisations de la société civile belge.

« Selon les premiers éléments, les scientifiques du Giec considèrent désormais comme hautement probable que notre planète franchisse à court terme le seuil du 1,5 ºC de réchauffement par rapport à l’ère préindustrielle. Cependant, l’heure n’est pas à baisser les bras : dans la lutte contre le dérèglement climatique, chaque dixième de degré comptera, ce qui renforce les raisons de faire tout ce qui est encore possible pour limiter les dégâts », poursuit la Coalition Climat, qui souligne le caractère « profondément injuste » d’une crise climatique qui « touche les plus vulnérables en premier et contribue donc à renforcer les inégalités ».

« Alerte rouge pour l’humanité »

Ce rapport « est une alerte rouge pour l’humanité », a réagi le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, appelant à redoubler d’efforts d’urgence pour « garder l’objectif de 1,5 ºC en vie ».

« Les sonnettes d’alarme sont assourdissantes et les preuves irréfutables : les émissions de gaz à effet de serre provenant de la combustion de combustibles fossiles et de la déforestation étouffent notre planète et mettent en danger des milliards de personnes », poursuit le secrétaire général de l’ONU.

Greta Thunberg pas surprise

Le nouveau rapport du Giec sur l’évolution du climat, publié lundi, ne comporte « pas de réelles surprises », a réagi Greta Thunberg.

« Il confirme ce que nous savons déjà de milliers d’études et de rapports précédents, que nous sommes dans une situation d’urgence. C’est un résumé solide (mais prudent) de la meilleure science actuellement disponible », a souligné l’activiste suédoise sur les réseaux sociaux.

« C’est à nous d’être courageux et de prendre les décisions basées sur les preuves scientifiques fournies dans ces rapports. Nous pouvons encore éviter les pires conséquences (des changements climatiques, NDLR) mais pas en continuant comme aujourd’hui et pas sans traiter la crise comme une crise », ajoute l’activiste suédoise, connue dans le monde entier pour ses grèves de l’école pour le climat.

Pour Greenpeace, l’humanité est « au pied du mur »

« Les conclusions du rapport, limpides, doivent sonner comme une injonction indéniable et urgente à revoir nos ambitions climatiques à la hausse », pointe dans un communiqué Carine Thibaut, porte-parole de Greenpeace Belgique. « La connaissance scientifique du lien de causalité directe entre les activités humaines et la survenue de phénomènes climatiques extrêmes s’affine encore. »

Un peu plus loin, l’organisation appelle à des actions rapides. « Les ambitions climatiques actuelles de la Belgique ne sont pas suffisantes. Nous plaidons pour que la Belgique s’engage à réduire de 65 % ses émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030. »

Londres réagit

Le rapport des experts climat de l’ONU (Giec) publié lundi constitue un « avertissement sévère » sur l’impact de l’activité humaine sur la planète, a estimé le gouvernement britannique, exprimant l’espoir qu’il encourage à l’action avant la COP26 prévue en novembre au Royaume-Uni.

« J’espère que le rapport du Giec (…) constituera un signal d’alarme pour que le monde prenne des mesures dès maintenant, avant que nous nous retrouvions à Glasgow en novembre pour le sommet crucial de la COP26 », a déclaré le Premier ministre Boris Johnson, cité dans un communiqué.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

14 Commentaires

  • Posté par Meersman Olivier, mercredi 18 août 2021, 0:54

    « touche les plus vulnérables en premier et contribue donc à renforcer les inégalités ». Oui et non, ces pays ont laissés grimper leur démographie sans contrôle aucun. Mère Nature va s'attaquer aux endroits où la densité humaine est la plus élevée.

  • Posté par Mathy Arthur, mardi 10 août 2021, 7:57

    Le réchauffement climatique, JE M'EN FOUT... J'ai 69 ans et le réchauffement climatique, ce n'est pas mon problème, c'est celui de la jeune génération des moins de 35 ans... vous savez : celle qui répond quand on lui parle de covid et de vaccination qu'elle s'en fout et que ce n'est pas son problème ? ...Cela s'appelle la réponse du berger à la bergère !!!

  • Posté par Meersman Olivier, mercredi 18 août 2021, 0:56

    A mons avis vous avez trop de gaz à effets de serres dans le crâne...

  • Posté par Weissenberg André, lundi 9 août 2021, 15:15

    Du bla-bla. Le climat change et continuera à changer. Pas de raison de paniquer. Que ces charlatans de climatistes aillent se faire voir avec le GIEC! https://youtu.be/pVwMWOMpHZg

  • Posté par STORDIAU Pierre, jeudi 12 août 2021, 14:31

    Monsieur Weissenberg; Voici maintenant la CONTRE EXPERTISE à laquelle Martin Richard Durkin est confronté à ses fake news : http://www.youtube.com/watch?v=lIjGynF4qkE&mode=related&search . Vous y verrez comment Durkin a « escamoté » certaines partie des graphiques pour faire coller ses théories (qu’il ferait plus chaud à l’époque Médiévale et de cette fausse corrélation entre “activité solaire” et le réchauffement climatique). Bonne digestion !

Plus de commentaires

Aussi en Climat

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une