Accueil Monde

Le calvaire d’Alep continue sans désemparer

La grande métropole du nord de la Syrie ploie sous les fracas de la guerre. Le cessez-le-feu n’y est plus qu’un mot vide de sens. La mort guette chacun à chaque instant. Tout indique que le régime en a fait sa cible majeure.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 4 min

Une ville se meurt. On parle d’au moins 250 civils tués ces deux dernières semaines à Alep, dont une cinquantaine d’enfants, et ce n’est pas fini. Rarement un cessez-le-feu a-t-il aussi mal porté son nom. Il date du 27 février. Il avait été concocté par les grandes puissances, la Russie et les Etats-Unis. Qui accusent les forces loyales à l’autre d’avoir rompu la trêve. Les victimes, elles, se comptent surtout parmi les civils de la partie de la ville septentrionale encore aux mains des rebelles. Entre 6 et 9 morts ont été signalés en ce début de semaine dans la partie contrôlée par le régime, des civils victimes de roquettes lancées par les rebelles.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Salman Rushdie: un symbole poignardé

Le célèbre écrivain d’origine indienne a subi une agression au couteau à New York. Depuis 33 ans, sa dimension littéraire a été occultée par une vision réductrice d’une œuvre ample et généreuse.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs