Accueil Culture Musiques

Gaume Jazz, dimanche: la classe de David Linx, le bonheur de Margaux Vranken

Le festival s’est terminé dimanche soir. Après d’excellents concerts et avec l’impression d’avoir enfin pleinement renoué avec la musique vivante, malgré le corona et la pluie.

Article réservé aux abonnés
Responsable des "Livres du Soir" Temps de lecture: 4 min

Il y avait encore plein de monde, dimanche près de minuit sous le grand chapiteau du Gaume Jazz, pour applaudir Majid Bekkas et son Magic Spirit Quartet. Etonnamment d’ailleurs parce que, le plus souvent, les festivals s’échinent à organiser des concerts encore tard le dimanche soir alors que nombreux sont les festivaliers repartis chez eux. Peut-être devrait-on limiter le dernier concert du dimanche à 19 h ou 20 h ? Mais la question ne s’est pas réellement posée ici : le public était nombreux et enjoué par la musique du magique Majid, lui au guembri, à l’oud, à la guitare et à la voix, Goran Kajfes à la trompette pleine d’effets, Jesper Nordenström au piano, au Fender Rhodes et au Moog, et Stefan Pasborg aux percussions. Une combinaison de notes orientales et d’effets électroniques qui a surpris et enthousiasmé. Une belle clôture pour un festival qui nous a offert son plein d’émotions et de bonheurs. Avec Aka Moon, Eric Legnini, Diederik Wissels et Ana Rocha, Emile Parisien et Vincent Peirani, etc.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs