Accueil Culture Cinéma

Danielle Arbid à propos de «Passion simple»: «Qu’est-ce que le féminisme à part avoir la tête haute et dire sa faiblesse?!»

Adaptation du roman d’Annie Ernaux, « Passion simple », l’histoire d’une femme sous l’emprise d’une passion charnelle d’un homme.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 4 min

D’origine libanaise, Danielle Arbid, la cinquantaine, a toujours revendiqué une forme de liberté avec sa caméra au point que la plupart de ses films ont été censurés ou interdits au Liban et au Moyen-Orient, pour atteinte aux bonnes mœurs ou à la sécurité de l’Etat (Seule avec la guerre, Dans les champs de bataille, Un homme perdu). Passion simple, d’après le roman d’Annie Ernaux, reçut le label Cannes en 2020.

Quand on lit le roman d’Annie Ernaux, l’évidence cinématographique n’est pas immédiate. Qu’est-ce qui vous a poussée à l’adaptation ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs