Accueil Culture Musiques

Amber Weekes «Round Midnight Re-Imaginated»

La chanteuse propose un disque d’hommage au New York de ses parents et de son enfance.

Article réservé aux abonnés
Responsable des "Livres du Soir" Temps de lecture: 1 min

Amber Inn Records

La chanteuse Amber Weekes se souvient des histoires que son père lui racontait à propos du quartier de Sugar Hill à Harlem et de la cafèt que ses parents possédaient, la Weekes Luncheonette, qui comptait comme clients Duke Ellington, Billy Strayhorn, Harry Belafonte, Lena Horne, Sarah Vaughan ou Sidney Poitier, qui eut une aventure avec sa tante Dolores. C’est un disque d’hommage au New York de ses parents et de son enfance. Un album commercial avec big band et violons, mais écoutez la voix de Weekes, la trompette de Scott Steen, la guitare de Phil Upchurch, c’est du jazz cool, légèrement swing, un peu édulcoré à la Frank Sinatra ou Julie London, des reprises bien orchestrées d’Oscar Brown Jr, Gershwin, Rogers & Hart, Arlen et Mercer, Youmans, Monk. Et si ça ne casse pas la baraque, c’est quand même bien agréable à entendre.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs