Accueil Culture Livres

Dessiner pour être

Cette histoire, j’aurais aimé qu’on me la raconte quand j’avais 11 ans

Article réservé aux abonnés
Responsable des "Livres du Soir" Temps de lecture: 2 min

Comme Chidera, la fille aux mains magiques, quand elle découvre son don du dessin : elle est tellement belle et elle donne tellement confiance en soi. Mais j’ai beaucoup aimé la lire à mon âge, tant ce conte est enchanteur, sans jamais être mièvre. Cela se passe au Nigéria, dans un village du pays Igbo. La mère de Chidera est toujours fatiguée, triste, amère. Son père est continuellement sous pression, stressé, en colère. Un jour, en allant chercher de l’eau, la fillette entend des voix et s’enfonce dans la forêt. Deux femmes chantent, un arbre parle. A cet endroit, partout, sur la terre, sur les arbres, sur les pierres, des motifs se dessinent, comme si la forêt était tatouée. Des motifs uli, entre représentation et abstraction. On lui trace une feuille sur la main, qui ne s’effacera jamais. Cette rencontre transforme Chidera. Elle se met à dessiner. Dans ses cahiers, sur les murs de sa chambre, sur les corps de ses amies, sur la maison de Mama Ugo.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Livres

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs