Accueil Société

Solidarité intercommunautaire: «J’espère que ce qui ressortira de tout ceci, ce sera une meilleure entente entre nous»

Qu’ils soient belgicains ou flamingants, nos compatriotes du nord du pays sont nombreux à être descendus au chevet des sinistrés wallons. « Ce qui se passe ici, c’est humain, pas politique », disent-ils souvent, non sans jeter parfois quelques regards critiques sur la manière dont la coordination est gérée sur place.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 6 min

J’ai été frappée par le nombre de flamands qui sont venus toquer à ma porte pour me demander si j’avais besoin d’aide. Franchement, je ne sais pas si les Wallons seraient capables d’aller faire la même chose en Flandre. » Comme cette dame croisée à Pepinster, nombreux sont les sinistrés et les volontaires qui dressent le même constat : de Verviers à Angleur, on trouve des Flamands à tous les coins de rue ou presque. Comme ici, à Trooz, dans un local du Patro où une joyeuse bande de volontaires est descendue depuis le nord pour faire tourner une cantine.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs