Accueil Léna

L’accident de l’Ever Given dans le canal de Suez a toujours des conséquences

La procédure de règlement des dommages causés par le porte-conteneurs Ever Given, qui s’est échoué dans le canal de Suez en mars dernier, n’est pas près d’aboutir. Entre-temps, le géant a tout de même été déchargé. Aujourd’hui, des milliers de conteneurs attendent leurs acheteurs à Rotterdam. Mais ça risque d’être long.

Avec LéNA, découvrez le meilleur du journalisme européen.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 8 min

Pour l’entreprise de transport LSA Logistics de Karlsruhe, il devait s’agir d’une banale livraison au départ de l’Asie, une expédition comportant un voyage en mer de 21 jours et organisée pour le compte de trois PME nationales. Mais le processus aura finalement duré quatre longs mois.

C’est à Singapour que les pièces de machine ont été chargées à bord de l’Ever Given, le navire qui a heurté la berge du canal de Suez en mars dernier et a ensuite bloqué le trafic maritime de la principale voie navigable entre l’Europe et l’Asie pendant près d’une semaine. Environ 15 % du trafic maritime mondial passe par le canal.

Le porte-conteneurs a ensuite été immobilisé par les autorités du canal de Suez et n’a été libéré que le 7 juillet, après la conclusion d’un accord d’indemnisation.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Hubert Wynands, samedi 14 août 2021, 10:52

    Le bon sens serait d’arrêt de faire fabriquer à l’autre bout du monde des produits que l’on pourraient très bien fabriquer chez nous. Une des solutions serait de faire en sorte que le transport maritime devienne moins intéressant en le taxant un maximum. Il ne faut pas oublier que ce moyen de transport est très bon marché parce-que il utilise un carburant très polluant ( du fuel lourd qui est un résidu du pétrole). L’ensemble de la flotte maritime mondiale rejette plus de co2 ainsi que d’autres saloperies que toutes les voitures du monde. Et une autre partie de l’équation tient au fait que ces équipages sont composés de marins sous payés, pour ne pas dire proche de l’esclavage. Je ne comprends pas pourquoi nos politiciens n’en parlent jamais et ne proposent rien pour y remédier . Il y a sans doutes trop d’argent à gagner pour certains. Donc pas touche.

Aussi en LéNA

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs