Accueil Monde Europe

La Pologne lance une nouvelle attaque contre la liberté de la presse

Après l’indépendance de la justice, le gouvernement polonais s’attaque aux médias critiques. En adoptant une loi contestée sur l’audiovisuel, le Parlement polonais pourrait contraindre la principale chaîne d’opposition à cesser d’émettre.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Le parti Droit et Justice (PiS) est-il prêt à sacrifier les relations privilégiées qu’entretient Varsovie avec Washington pour rester au pouvoir ? C’est l’impression que laisse l’adoption par la Diète polonaise le 11 août dernier d’une loi contestée sur l’audiovisuel, qui porte simultanément atteinte à la liberté de la presse et aux intérêts américains.

En disposant qu’un média national ne peut être détenu à plus de 49 % par des entités extérieures à l’Espace économique européen (incluant l’Union européenne ainsi que l’Islande, le Liechtenstein et la Norvège), la loi en question pourrait contraindre la principale chaîne d’opposition polonaise, TVN, propriété du groupe américain Discovery, à cesser d’émettre ou à changer de propriétaire. La loi doit désormais être examinée par le Sénat.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Albin S. Carré, samedi 14 août 2021, 15:19

    Je dirais que ça pue ici et que Staquet n'y est pas pour rien!

  • Posté par Van Obberghen Paul, vendredi 13 août 2021, 14:55

    De par le Monde, les démocraties meurent, petit boût par petit boût. Alors que l'on croyait cela impossible en Europe, c'est maintenant évident pour au moins deux de ses pays (Pologne et Hongrie). C'est aussi le cas du pays qui était supposé être le parangon de la Démocratie, les Etats-Unis. Car ne nous leurrons pas, si Joe Biden est Président, il reste un nombre grandissant d'Américains qui ne le reconnaissent pas comme légitime. Plus de 50% des électeurs républicains déclarent que l'élection a été truquée en faveur de Biden et que Trump a réellement gagné. Cela fait plusieurs dizaines de millions d'Américains! Des lois y sont passées dans de nombreux états, pas tous républicains du reste, pour restraindre significativement le droit de vote de telle sorte que les électeurs potentiellement démocrates soient découragés d'aller voter, et donnant aux gouvernements des états le pouvoir final de possiblement renverser le résultat d'une élection, ce qui n'était pas possible avant. La Démocratie se meurt, chez nous aussi, et on a vraiment l'impression que tout le monde s'en fout.

  • Posté par Lambert A., vendredi 13 août 2021, 18:58

    Mr Van Obberghen : vous avez parfaitement raison. De plus en plus, les nostalgiques d'un passé que l'on pensait, à tort, complètement disparus, réapparaissent, et sont tout-à-fait décomplexés quant à l'affichage de leur sympathie envers des extrémistes et des dictateurs. Quel grand malheur pour l'avenir de nos enfants et petits enfants !!!

  • Posté par Staquet Jean-Marie, vendredi 13 août 2021, 18:52

    Vous avez raison, Raymond. Vous êtes le symbole de la modernité. Vous feriez un excellent journaliste moderne: ne jamais aller sur place. Se contenter des dépêches et des "témoignages" "à bonne source"... Et surtout, quand on est heurté de prime abord, ne jamais se renseigner sur le point de vue du ou des camps opposés, ne jamais leur accorder le moindre crédit, ne même pas chercher à les comprendre, étudier le contexte, l'historique, etc. Bref, inutile de savoir de quoi on parle. On peut même écrire le "très catholique Orban" alors qu'il est calviniste. Pourquoi s'arrêter à de tels détails? C'est l'esprit et l'intention qui comptent, n'est-ce pas? On vous dit "la nouvelle loi "homophobe" va permettre d'interdire la gay pride"... 1 mois après, la Gay Pride a lieu sans incident. On vous dit "le gouvernement Orban fait de la propagande sur des affiches"... c'est exact... sauf qu'on a oublié de vous dire que l'opposition placarde à tout rompre aussi et lance des pétitions sans arrêt, on ouvre des kiosques à la sortie des stations de métro pour faire de la propagande électorale, c'est la campagne permanente... quand on n'est pas sur place, on ne le voit pas. À la télé hongroise, dans les débats politiques, tout le monde est invité, y compris l'extrême-gauche. En Belgique francophone, le pays "démocratique" où il n'y a jamais de débat sur rien, on croit que la démocratie et le débat, c'est les copains du journaliste invités comme experts pour modérer un débat où on voit les mêmes depuis 20 ans. Alors, la Pologne? Eh bien, à vrai dire, je ne connais pas vraiment, alors j'ai beaucoup de réserves sur tout ce qu'on me raconte. Mais vous, vous savez, Raymond. Vous savez. Pas besoin de vérifier. Vous êtes dans le bon camp, celui des démocrates... où il n'y a jamais de débat sur rien car on ne débat qu'entre démocrates d'idées démocratiques. Le chemin que vous avez déjà emprunté depuis longtemps, parsemé d'accommodements "raisonnables", vous conduira bientôt à "débattre" de la polygamie. Débat dont l'issue sera l'acceptation sans réserve. Il suffira d'y apposer le label "valeurs européennes", "tolérance" et toussa... Pour rappel, votre "laïcité" n'a JAMAIS été une valeur défendue par l'Union européenne. Votre remise au pas viendra en son temps aussi. Je vous souhaite bien du plaisir. On verra ce que la presse non libre (à savoir non belge francophone, bien sûr) en dira. Mais selon le Washington Post et le NYT, Belgium c'est plus synonyme de "failed State" que de "démocratie". Ils n'y connaissent rien? À quoi bon? Pas besoin de mettre ses mains dans l'eau bouillante pour, etc., etc.!

  • Posté par Moriaux Raymond, vendredi 13 août 2021, 18:26

    Vous avez raison. Et point besoin de mettre ses mains dans l'eau bouillante pour savoir qu'on y serait brûlé ...

Plus de commentaires

Aussi en Europe

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs