Accueil Monde Amériques

Climat: le Brésil reste sourd aux avertissements du Giec

Alors qu’il abrite la plus grande forêt tropicale au monde et des écosystèmes aussi rares que riches, le Brésil de Bolsonaro refuse de prendre la voie du changement.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

En déplacement à Brasilia, Alok Sharma, le président de la COP 26 qui se tiendra dans deux mois en Ecosse, a trouvé porte close. Jair Bolsonaro n’a pas daigné le rencontrer. Dans les jours qui ont précédé ce lundi et la publication du rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec), l’émissaire britannique a pu s’entretenir avec plusieurs ministres, mais pas avec le président. Bolsonaro n’a d’ailleurs pas réagi aux conclusions alarmantes de ce rapport.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

9 Commentaires

  • Posté par Bouko Christian, samedi 14 août 2021, 18:18

    LA plus grande concentration...

  • Posté par Bouko Christian, samedi 14 août 2021, 18:17

    doublons involontaires !

  • Posté par Bouko Christian, samedi 14 août 2021, 18:16

    Il est un peu facile pour les Occidentaux d'exiger d'un pays qu'il préserve sa grande forêt alors qu' eux-mêmes ont réduit considérablement leur propres forêts pendant des siècles comme l'Espagne à l'époque de la construction de l'Invincible Armada !

  • Posté par Bouko Christian, samedi 14 août 2021, 18:16

    Il est un peu facile pour les Occidentaux d'exiger d'un pays qu'il préserve sa grande forêt alors qu' eux-mêmes ont réduit considérablement leur propres forêts pendant des siècles comme l'Espagne à l'époque de la construction de l'Invincible Armada !

  • Posté par Spistphapen Emile, dimanche 15 août 2021, 10:53

    D'accord avec vous, mais la situation était à l'époque tout à fait différente. Le mot pollution devait être inconnu d'un très grand nombre de personnes. Par ailleurs en Belgique a une surface arborée nettement supérieure à celle de plus de 200 ans et elle continue à croitre (malheureusement avec trop de résineux)

Plus de commentaires

Aussi en Amériques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs