Accueil Planète

Le Jardin suspendu, refuge de citoyens en quête d’utopie

Créé dans le cadre de Mons 2015, capitale européenne de la culture, le Jardin suspendu devait être éphémère. Des citoyens l’ont pérennisé en créant une ASBL. Depuis 2016, tous les dimanches de fin mars à fin septembre, avec d’autres associations, ils y proposent un autre monde.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Mon(s) invisible » est un projet international s’inscrivant initialement dans « Mon(s) idéal », volet jeunesse de Mons 2015. Le Jardin suspendu qui a vu le jour à l’été 2015 en constituait l’écrin. Pendant des semaines, avant de devenir cet espace public pouvant accueillir des débats, des activités culturelles, des ateliers de pain au levain… la véritable petite forêt urbaine nichée sur le toit de l’ancienne boulangerie militaire a été le théâtre d’intenses travaux de construction menés sous la houlette de ConstructLab. Venues de toute l’Europe par groupes de 10 à 15, 116 personnes aux profils très variés (architectes, étudiants, graphiste, cuisiniers, photographes…) ont investi le lieu pour le transformer et y expérimenter son usage public. Il s’agissait de trouver l’équilibre entre ouvrir et protéger l’espace, et d’y construire une « mini cité idéale ».

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Planète

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs