Accueil Belgique Politique

Sophie Wilmès sur la situation en Afghanistan: «Nous organisons le rapatriement des Belges»

La ministre des Affaires étrangères fait le point avec nous sur l’évacuation des Belges en Afghanistan, quelques heures avant une réunion du gouvernement fédéral.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 3 min

La situation en Afghanistan est « évolutive », le gouvernement fédéral fera le point ce lundi soir en kern, le comité ministériel restreint, à la demande de Sophie Wilmès (MR), ministre des Affaires étrangères.

Un kern était nécessaire, pour la coordination ?

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

20 Commentaires

  • Posté par Constant Depiereux, mardi 17 août 2021, 11:56

    De moins en moins d'humanité dans les contributions de ce forum...

  • Posté par Wolfs Michel, mercredi 18 août 2021, 16:27

    charité bien ordonnée commence par soi-même

  • Posté par Wolfs Michel, lundi 16 août 2021, 18:45

    La plupart de ses citoyens sont des bis-nationaux, qui probablement vivent en permanence en Afghanistan, je trouve que l'envoi de trois avions est démesuré, d'autant que cela fait plusieurs mois qu'on leur demande de rentrer .Et qui est le cochon payeur de cette opération?

  • Posté par Debrabander Jean, lundi 16 août 2021, 17:43

    "Cela fait des mois que nous déconseillons d’aller en Afghanistan, et le 7 août dernier, nous avons demandé formellement à nos ressortissants de revenir en Belgique." Je suppose que ceux qui n'ont pas obéi devront payer leur rapatriement ...

  • Posté par Van Obberghen Paul, lundi 16 août 2021, 16:19

    @ collin liliane : "L'Afghanistan n'a jamais vécu une période de liberté - notamment pour les femmes et les artistes- telle que celle que l'OTAN lui a procurée pendant 20 ans. L'enfer, c'est le retour des talibans." C'est bien le problème. L'Islam — comme toutes les religions quand elles se mèlent de gouverner au nom de Dieu — n'a cure de Liberté. Il n'y a pas de Liberté dans la religion puisqu'il s'agit de la soumission à un dogme, par définition le contraire de la liberté. La religion ne peut tolérer la liberté puisqu'elle est sa pire ennemie, la seule qui puisse la détruire, in fine. Mais la Démocratie est intrinséquement faible face aux dogmes des religions. J'y inclus le Communisme qui est aussi un dogme, analogue à une religion, fondamentalement incompatible avec la Démocratie. Les Démocraties meurent, l'une après l'autre, même aux Etats-Unis "grâce" au Trumpisme. Pour nous, ici en Europe, c'est déjà bien en train avec la Pologne et la Hongrie. Là aussi la religion n'est jamais loin.

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs